Forum Opéra

Récital Nicolas Courjal — Orange

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
1 août 2015
Audace et séduction

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Nicolas Courjal, basse

Antoine Palloc, piano

Première partie

Henri Duparc

Mélodies

Phydilé

Testament

La vie antérieure

La vague et la cloche

Jacques Ibert

Don Quichotte

Chanson du départ

Chanson à Dulcinée

Chanson du duc

Chanson de la mort

Seconde partie

Wolfgang Amadeus Mozart

Air de Sarastro : « In diesen heil’gen Hallen » (Die Zauberflöte)

Charles Gounod

Air de Soliman : « Sous les pieds d’une femme… » (La Reine de Saba)

Jules Massenet

Air de Don Quichotte : « Je suis le chevalier errant » (Don Quichotte)

Giuseppe Verdi

Air de Philippe II : « Elle ne m’aime pas » (Don Carlos)

Piotr Ilitch Tchaïkovski

Air du prince Grémine : « Lyubvi vse vosrasty pokorny » (Eugène Onéguine)

Gioacchino Rossini

Air de Don Basilio : « La calunnia è une venticello » (Il Barbiere di Siviglia)

Bis

Cole Porter

Night and Day (Gay Divorce)

Orange, Cour Saint-Louis (dans le cadre des Chorégies), samedi 1er août 2015, 18h00

Parmi les voix masculines, on est plus habitué aux récitals de ténors et de contre-ténors, voire – mais c’est déjà moins fréquent – de barytons. Alors, quand on a la chance de pouvoir assister au récital d’une voix de basse, on se dit d’emblée qu’il y a là quelque chose d’exceptionnel. Et si ce qu’on y entend est exceptionnel aussi, ce qui était le cas ce samedi après-midi, on souhaiterait qu’un public plus nombreux encore apprenne à connaître le répertoire et les ressources de cette tessiture lorsqu’elle est aussi bien maîtrisée.

Après avoir été le Grand-Prêtre de Baal dans Nabucco donné au Théâtre antique l’année dernière, c’est cette année dans le cadre intime de la Cour Saint-Louis à Orange, à l’ombre toute relative des grands arbres que traversaient les rayons d’un soleil brûlant, que la basse Nicolas Courjal a donné samedi 1er août un récital audacieux et séduisant à la fois, accompagné par le pianiste Antoine Palloc.

L’audace, c’est de commencer le récital par quatre mélodies de Duparc, exigeantes, sans complaisance, peu connues du grand public, et dont le compositeur lui-même déclarait les avoir écrites « sans aucun souci d’applaudissement ou de notoriété » (Phydilé, Testament, La vie antérieure, La vague et la cloche). La recherche de la diction précise, de la fusion du mot et du son, l’engagement physique de Nicolas Courjal en disent long sur son approche du chant qui emplit la cour auparavant envahie par les stridulations des cigales. Les textes de Leconte de Lisle, de Baudelaire sont vécus avec intensité, le souffle et la projection sont au service d’une interprétation en tous points remarquable et saisissante de vérité, des nuances les plus délicates jusqu’aux fortissimi les plus sonores.

La proximité du chanteur, le contact visuel qu’il conserve avec le public, sa simplicité et la parfaite synchronisation avec le pianiste suscitent l’adhésion et l’enthousiasme d’un public composé aussi, à côté des connaisseurs, de jeunes auditrices et auditeurs qui découvrent sans doute ce répertoire. Viennent ensuite les quatre Chansons de Don Quichotte de Jacques Ibert, plus flatteuses à l’oreille par leurs mélodies hispanisantes, culminant dans la Chanson de la mort à laquelle le timbre et les nuances de Nicolas Courjal confèrent une rare puissance d’émotion.


© Kris Picart

La séduction, c’est de consacrer la deuxième partie à des airs d’opéra qui nous font voyager dans le répertoire européen, avec une prononciation impeccable de la langue allemande que la basse française doit à son séjour en Allemagne (voir les propos recueillis au mois de mars dernier par Christophe Rizoud) et une aisance confondante dans les notes les plus graves de l’air de Sarastro « In diesen heil’gen Hallen ». On entend à nouveau sa diction impeccable du français dans l’air de Soliman « Sous les pieds d’une femme » extrait de La Reine de Saba de Gounod, suivi d’une superbe interprétation de l’air du Don Quichotte de Massenet : « Je suis le chevalier errant » comme de celui de Philippe II dans le Don Carlos de Verdi : « Elle ne m’aime pas » – ce dernier étant l’occasion pour Antoine Palloc de faire entendre sa virtuosité dans l’introduction musicale, illustrant l’idée fixe qui hante le roi.

L’air du Prince Grémine, véritablement habité, témoigne d’une maîtrise de la langue russe et l’air de la calomnie (Don Basile) de celle de la langue italienne. C’est une succession de sommets, émouvants et expressifs.

Chaleureusement applaudis, les deux artistes consentent un bis (« avec ce qui me reste de voix et de mémoire », dit modestement Nicolas Courjal, feuillets à la main cette fois alors que tout le récital a été donné sans partition). C’est Night and Day, de Cole Porter, moins abouti, mais qui laisse ouvertes de nouvelles perspectives, de maîtrise de la langue anglaise et d’un élargissement du répertoire. Comme un regard dans l’atelier de travail d’un artiste accompli, dans le programme de formation permanente d’une grande voix de basse.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Nicolas Courjal, basse

Antoine Palloc, piano

Première partie

Henri Duparc

Mélodies

Phydilé

Testament

La vie antérieure

La vague et la cloche

Jacques Ibert

Don Quichotte

Chanson du départ

Chanson à Dulcinée

Chanson du duc

Chanson de la mort

Seconde partie

Wolfgang Amadeus Mozart

Air de Sarastro : « In diesen heil’gen Hallen » (Die Zauberflöte)

Charles Gounod

Air de Soliman : « Sous les pieds d’une femme… » (La Reine de Saba)

Jules Massenet

Air de Don Quichotte : « Je suis le chevalier errant » (Don Quichotte)

Giuseppe Verdi

Air de Philippe II : « Elle ne m’aime pas » (Don Carlos)

Piotr Ilitch Tchaïkovski

Air du prince Grémine : « Lyubvi vse vosrasty pokorny » (Eugène Onéguine)

Gioacchino Rossini

Air de Don Basilio : « La calunnia è une venticello » (Il Barbiere di Siviglia)

Bis

Cole Porter

Night and Day (Gay Divorce)

Orange, Cour Saint-Louis (dans le cadre des Chorégies), samedi 1er août 2015, 18h00

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Rossini qua, Rossini là
Karine DESHAYES, Florian SEMPEY
Spectacle