Forum Opéra

Récital Roberto Alagna – Paris

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
12 janvier 2024
En pleine forme !

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

ERNEST REYER
« Le bruit des chants s’éteint… » (Sigurd)
GEORGES BIZET
L’Arlésienne, suite no 1, adagietto
GIACOMO MEYERBEER
« Pays merveilleux …Ô Paradis » (L’Africaine
CHARLES GOUNOD
Mireille, ouverture
JULES MASSENET
Le Cid, « Ah tout est bien fini … O souverain »
DAVID ALAGNA
Le Dernier jour d’un condamné, Intermezzo
DAVID ALAGNA
« Non, je ne suis pas un impie » (Le Dernier jour d’un condamné)
GIUSEPPE VERDI
Attila, Preludio
GIUSEPPE VERDI
« O inferno » (Simon Boccanegra)
RUGGIERO LEONCAVALLO
Pagliacci, Intermezzo
RUGGIERO LEONVAVALLO
« Pagliaccio non son » (Pagliacci)
PIETRO MASCAGNI
Cavalleria Rusticana, Intermezzo
UMBERTO GIORDANO
« Si, fui soldato » (Andrea Chénier)
UMBERTO GIORDANO
Fedora, Intermezzo
UMBERO GIORDANO
« Amor ti vieta »
GIUSEPPE VERDI
« Niun mi tema » (Otello)

Bis

Agustín Lara
« Granada »
Eduardo di Capua
« O sole mio »
Traditionnel sicilien
« Abballati »

Roberto Alagna, ténor

Orchestre Colonne
Direction musicale
Jean-Yves Ossonce

Paris, Salle Gaveau, jeudi 11 janvier 2024 à 20h30

C’est devant une salle Gaveau archi-comble que Roberto Alagna a fait sa rentrée parisienne dans un programme subtilement dosé où s’unissent les deux cultures qui lui sont chères, la française et l’italienne. Une première partie sera donc consacrée à de la musique française puis suivront quelques fleurons de l’opéra italien, puisés dans le répertoire actuel de notre ténor. L’ensemble comporte quelques pages rarement proposées en concert que l’on écoute avec plaisir. Ainsi, le récital s’ouvre par le grand air de Sigurd au deuxième acte de l’opéra éponyme d’Ernest Reyer. Sous un tonnerre d’applaudissements, Roberto Alagna entre en scène, fringant, le sourire aux lèvres, élégamment vêtu de noir, sa veste cintrée mettant en valeur sa silhouette de jeune premier. Dès les premières mesures, le ténor français donne à entendre un medium somptueux, large, rond et homogène, que vient couronner un aigu puissant. Le public exulte. L’air de Vasco de Gama « Ô paradis », sans doute l’un des plus admirables que l’on ait entendus, tant par la splendeur du timbre, la perfection de la diction, et la vaillance de l’émission, achève de mettre la salle à genoux. Vient ensuite la prière du Cid, sobre et poignante, tout en émotion contenue, un véritable modèle d’interprétation avec en prime un parfait diminuendo sur le mot « éternel ». La première partie s’achève avec deux extraits, dont un orchestral, du Dernier jour d’un condamné composé par David Alagna pour son frère, qui permet de constater que cet ouvrage, créé en 2007, mériterait amplement d’être repris. L’alternance airs d’opéra et pages orchestrales permet au chanteur de reposer sa voix et au public d’entendre quelques raretés, comme l’ouverture de Mireille, gorgée de lumière et rondement menée.

L’entracte initialement prévu ayant été supprimé, La partie italienne s’enchaîne aussitôt avec un prélude d’Attila de Verdi dont le chef parvient à doser subtilement le crescendo. Roberto Alagna se surpasse dans l’air de Gabriele Adorno « O inferno », page bien plus complexe qu’il n’y paraît, dans laquelle il excelle à exprimer les différents affects du personnage. Le public l’ovationne, le ténor répond avec humour, salue une connaissance, se tourne en souriant vers les loges de côté. Roberto Alagna parvient à créer avec simplicité une connivence entre lui et les spectateurs comme s’il chantait devant un groupe d’amis. Le ténor aime son public et celui-ci le lui rend bien. Les deux airs suivants proviennent d’opéras célébrissimes mais ne sont pas les « tubes » habituels. Ainsi, de Pagliacci nous aurons droit à « Pagliaccio non son », morceau déchirant qui précède de peu le meurtre qui conclut l’ouvrage et pour Andrea Chénier, c’est l’air du troisième acte « Si, fui soldato » que Roberto Alagna choisit d’interpréter avec une fougue et un héroïsme saisissants. Suivent « Amor ti vieta » extrait de Fedora, un opéra qui a marqué son grand retour à la Scala en 2022 et un « Niun mi tema » grandiose qui sonne puissamment dans une salle silencieuse et recueillie. Tout au long de la soirée nous aurons été éblouis par la santé vocale du ténor et son souffle qui paraît inépuisable. Si l’aigu n’a plus tout à fait la souplesse d’antan le medium s’est étoffé, se parant de reflets mordorés et le registre grave a gagné en consistance, ce qui lui permet d’aborder avec bonheur les rôles de spinto.

En bis, Roberto Alagna nous offre l’inusable « Granada » dans une interprétation solaire et musclée avant de présenter au public un jeune ténor prometteur, Naestro, ex boxeur, avec qui il chante en duo « O sole mio » et « Abballati », un air sicilien a capella.

Au pupitre Jean-Yves Ossonce propose une direction précise et enveloppante avec des tempi parfois étirés mais toujours attentif au chanteur sous la voix duquel il déroule un tapis de sonorités opulentes. Tout le long du concert, leur complicité est évidente. Dans les pages orchestrales, le chef passe avec bonheur du soleil de L’Arlésienne au sombre drame d’Attila.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

ERNEST REYER
« Le bruit des chants s’éteint… » (Sigurd)
GEORGES BIZET
L’Arlésienne, suite no 1, adagietto
GIACOMO MEYERBEER
« Pays merveilleux …Ô Paradis » (L’Africaine
CHARLES GOUNOD
Mireille, ouverture
JULES MASSENET
Le Cid, « Ah tout est bien fini … O souverain »
DAVID ALAGNA
Le Dernier jour d’un condamné, Intermezzo
DAVID ALAGNA
« Non, je ne suis pas un impie » (Le Dernier jour d’un condamné)
GIUSEPPE VERDI
Attila, Preludio
GIUSEPPE VERDI
« O inferno » (Simon Boccanegra)
RUGGIERO LEONCAVALLO
Pagliacci, Intermezzo
RUGGIERO LEONVAVALLO
« Pagliaccio non son » (Pagliacci)
PIETRO MASCAGNI
Cavalleria Rusticana, Intermezzo
UMBERTO GIORDANO
« Si, fui soldato » (Andrea Chénier)
UMBERTO GIORDANO
Fedora, Intermezzo
UMBERO GIORDANO
« Amor ti vieta »
GIUSEPPE VERDI
« Niun mi tema » (Otello)

Bis

Agustín Lara
« Granada »
Eduardo di Capua
« O sole mio »
Traditionnel sicilien
« Abballati »

Roberto Alagna, ténor

Orchestre Colonne
Direction musicale
Jean-Yves Ossonce

Paris, Salle Gaveau, jeudi 11 janvier 2024 à 20h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

La revanche de Don Ottavio
Bogdan VOLKOV, Marc MINKOWSKI, Vincent HUGUET
Spectacle