Forum Opéra

Récital — Paris (TCE)

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
15 juin 2012
Si tu t’imagines, Philippe, Philippe…

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Philippe Jaroussky
Marie-Nicole Lemieux

Francesco Cavalli
Sinfonia (L’Orione)
Antonio Sartorio
« Cara e amabile beltà » (Orfeo)
Francesco Cavalli
Due Linfea-Satirino (La Calisto)
Marco Uccellini
Sinfonia
Francesco Cavalli
Lamento d’Hécube (La Didone)
Giovanni Antonio Pandolfi
Sonate pour violon « La monella romanesca »
Francesco Cavalli
Lamento d’Idraspe (L’Erismena)
Francesca Caccini
Canzonetta « Che desia di saper che cosa è amore »
Claudio Monteverdi
Duo Valetto-Damigella (L’Incoronazione di Poppea)

Entracte Marco Uccellini
Sinfonia en fa « A rovetta »
Giacomo Carissimi
Duetto da camera « Vaghi rai, pupille ardenti »
Marco Uccellini
Sinfonia à trois en do (prima parte)
Barbara Strozzi
Lamento « Sul Rodano severo »
Marco Uccellini
Battaglia
Giacomo Carissimi
Duetto da camera « Rimanti in pace »
Giovanni Legrenzi
Sonate en sol mineur
Benedetto Ferrari
Chaconne « Amanti, io vi so dire »
Claudio Monteverdi
Lamento de Pénélope (Il ritorno d’Ulisse in patria)
Marco Uccellini
Sinfonia en ré
Giovanni Felice Sances
Cantata a due sur la chaconne « Lagrimose beltà » Bis Claudio Monteverdi
« Pur ti miro » (L’incoronazione di Poppea)
« Lidia, spina del mio core »
Ensemble Artaserse Théâtre des Champs-Elysées, Paris, vendredi 15 juin 2012, 20h
Le Tourbillon des Sentiments

 

C’est devenu un cliché, mais le temps semble ne pas avoir de prise sur Philippe Jaroussky, comme si pour lui, la « saison des za, saison des amours » allait bel et bien durer toujours. Saison de l’idylle avec le public, qui ne se dément pas, et saison des héros pré-pubères, perturbés par leurs montées d’hormones. De jeunesse, il est d’ailleurs beaucoup question dans le programme de ce double récital : tandis que sa partenaire se coltine les matrones (Hécube « décrépite » pleurant sur les ruines de Troie, la vieille nymphe Linfea tracassée par le démon de midi, ou l’infortunée Pénélope qui attend le retour de son mari voyageur tandis que « fuggono gli anni »), le contre-ténor français enchaîne Satirino, qui n’a pas de poil au menton – à la création de La Calisto, le rôle fut confié à un enfant de dix ans – mais dont la petite queue est « ancor crescente », Valetto, qui peine comme Cherubino à mettre un nom sur ses émotions, ou le marquis de Cinq-Mars, « il dolente garzon » aux joues roses dont Barbara Strozzi déplore le trépas. Mais comme le dit la chaconne de Sances, « Col tempo arte non val », l’art ne peut rien contre le temps, et un jour viendra pour lui le temps des nourrices ridicules et autres personnages qu’assument les contre-ténors vieillissants. En attendant, le chanteur cueille avec raison les roses du succès (même s’il annonce un congé sabbatique pour tout le premier semestre 2013).

Formé en 2007 pour l’enregistrement d’œuvres sacrées de Vivaldi, compositeur dont l’Orlando Furioso et la Griselda les avaient déjà réunis en 2004 et 2005, le couple Jaroussky-Lemieux a tout pour fonctionner à merveille, chacun apportant ses qualités particulières qui complètent celles de l’autre : angélisme du contre-ténor et carnalité de la contralto, voix asexuée du premier et timbre plus « couillu » de la seconde, hédonisme sonore contre dramatisme affirmé… Le duo se reforme ici avec le plus grand bonheur, dans cette musique du XVIIe siècle italien où Philippe Jaroussky a connu ses plus grands succès et où l’adéquation de l’artiste avec son répertoire paraît la plus satisfaisante. En 2002, le chanteur et son ensemble Artaserse alors fraîchement formé s’étaient fait remarquer avec une interprétation époustouflante de la chaconne « Amanti, io vi so dire » de Ferrari ; dix ans après, la performance reste aussi ébouriffante, avec une virtuosité impressionnante dans les guirlandes de notes serrées. C’est aussi le premier morceau que le public s’autorise à applaudir : jusque-là, l’enchaînement sans relâche des pièces vocales et instrumentales, parfaitement élaboré, se semblait permettre aucune interruption, sauf pour l’entracte. Dans un tout autre genre, le lamento tiré de L’Erismena de Cavalli montre une facette différente du talent de Philippe Jaroussky, le versant élégiaque où il ravit par des sons filés et suspendus, d’une voix toujours sonore, jamais forcée.
.
 

 

 

Marie-Nicole Lemieux témoigne de la même versatilité, majestueuse et ardente dans la déclamation tragique, hilarante et déchaînée dans les airs allègres et vocalisants comme dans les duos où elle campe une Damigella dessalée qui ne demande qu’à prendre en main son partenaire inexpert, ou une Linfea tourmentée par la chair, arrachant le personnage aux ténors auquel on le confie depuis un demi-siècle, mais le maintenant dans le domaine comique où semblent l’inscrire et la musique et son dialogue avec le jeune satyre. Tout comme les musiciens de l’ensemble Artaserse dont la complicité est flagrante (les premières notes du concert sont confiées à l’admirable percussionniste, bientôt rejointe par ses non moins excellents collègues), l’alchimie est tangible dans les dialogues comiques réunissant les deux chanteurs, véritablement joués comme sur une scène d’opéra, avec tous les gestes et mimiques que peuvent suggérer les diverses situations. Le record est atteint avec la grande chaconne à deux voix de Sances, reprise pour conclure la soirée en guise de troisième bis, à la demande d’un public en délire : le contre-ténor et la contralto se lâchent alors littéralement, rivalisant d’effets comiques, graves appuyés pour la Canadienne, afféteries renforcées pour le Français, en un véritable festival de trémoussements et d’agaceries. En deuxième bis, les chanteurs avaient offerts un très réjouissant « Lidia, spina del mior core » de Monteverdi, où le guitariste de l’ensemble Artaserse était venu jouer le rival indésirable en joignant au duo sa voix de baryton. Et le premier bis, dont on ne sait trop s’il faut l’attribuer à Monteverdi ou plutôt à Ferrari, avait permis un très sensuel entrelacement des deux voix avec – What else ? – l’ineffable duo final de Néron et de Poppée.

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Philippe Jaroussky
Marie-Nicole Lemieux

Francesco Cavalli
Sinfonia (L’Orione)
Antonio Sartorio
« Cara e amabile beltà » (Orfeo)
Francesco Cavalli
Due Linfea-Satirino (La Calisto)
Marco Uccellini
Sinfonia
Francesco Cavalli
Lamento d’Hécube (La Didone)
Giovanni Antonio Pandolfi
Sonate pour violon « La monella romanesca »
Francesco Cavalli
Lamento d’Idraspe (L’Erismena)
Francesca Caccini
Canzonetta « Che desia di saper che cosa è amore »
Claudio Monteverdi
Duo Valetto-Damigella (L’Incoronazione di Poppea)

Entracte Marco Uccellini
Sinfonia en fa « A rovetta »
Giacomo Carissimi
Duetto da camera « Vaghi rai, pupille ardenti »
Marco Uccellini
Sinfonia à trois en do (prima parte)
Barbara Strozzi
Lamento « Sul Rodano severo »
Marco Uccellini
Battaglia
Giacomo Carissimi
Duetto da camera « Rimanti in pace »
Giovanni Legrenzi
Sonate en sol mineur
Benedetto Ferrari
Chaconne « Amanti, io vi so dire »
Claudio Monteverdi
Lamento de Pénélope (Il ritorno d’Ulisse in patria)
Marco Uccellini
Sinfonia en ré
Giovanni Felice Sances
Cantata a due sur la chaconne « Lagrimose beltà » Bis Claudio Monteverdi
« Pur ti miro » (L’incoronazione di Poppea)
« Lidia, spina del mio core »
Ensemble Artaserse Théâtre des Champs-Elysées, Paris, vendredi 15 juin 2012, 20h
Le Tourbillon des Sentiments

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Rossini sur instrument d’époque
Marina VIOTTI, Jan SCHULTSZ
Spectacle