Forum Opéra

Tim Mead et François Lazarevitch : Vivaldi — Paris (Gaveau)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
17 novembre 2022
Allégresse musicale, état de grâce vocal

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Antonio Vivaldi

Ouverture – extrait de L’Olympiade RV 725

Cara Sposa – extrait d’Orlando Furioso RV 728

Vedro con mio diletto – extrait de Il Giustino RV 717

Concerto pour flûte à bec e do mineur RV 441

Gelido in ogni vena – extrait de Farnace RV 711

Qual serpe tortuosa – extrait de La Fida Ninfa RV 714

Entracte

Concerto pour cordes en sol mineur RV 157

Sol da te, mio dolce amore – extrait d’Orlando Furioso RV 728

Concerto pour flautino en do majeur RV 443

Sento in seno ch’in pioggia di lagrime – extrait de Il Giustino RV 717

Gemo in un punto e fremo – extrait de L’olympiade RV 725

Encore

Drive the cold winter away

Tim Mead, contreténor

Les Musiciens de Saint-Julien

Direction musicale et flûtes

François Lazarevitch

Paris, Salle Gaveau, le mercredi 16 novembre 2023 à 20h

Tim Mead et François Lazarevitch étaient de nouveau réunis, hier soir, sur la scène de Gaveau, dans une parenthèse vivaldienne consacrée à des airs d’opéras, tirés notamment d’Orlando Furioso, et des pièces musicales connues et moins connues. Le programme présenté met l’accent sur le talent protéiforme de Vivaldi, qui cultivait la virtuosité et les éclats dramatiques sur le plan musical tout en tissant des lignes vocales sublimes pour les chanteurs.

François Lazarevitch et les Musiciens de Saint-Julien aiment emprunter des chemins de traverse et assument pleinement la liberté de cet éclectisme stylistique. Car s’il est une qualité que l’on peut associer au musicien et à son ensemble, c’est bien l’imagination dans la composition des programmes et dans les univers sonores créés.  Et cette soirée ne fait pas exception, l’alternance d’œuvres instrumentales et vocales est superbement agencée pour donner un rythme parfait au programme. Le flutiste mêle à une fine connaissance musicologique une pratique intuitive de la musique ancienne, le tout magnifié par la voix ductile de Tim Mead. Cette soirée est une affaire de musiciens et cela s’entend. Chacun s’écoute attentivement sur scène et même hors scène. A cet égard, pour tout comprendre de cette osmose, il fallait capter l’expression de Tim Mead assis dans la pénombre, pendant les parties instrumentales, complètement happé par la musique, le regard rivé sur François Lazarevitch et ses musiciens. Et dans cet accord parfait, le dialogue entre la voix et l’ensemble instrumental est total.

Le timbre du contre-ténor est idéal pour ce répertoire et s’illustre avec brio tant dans un registre mélancolique (Gelido in ogni vena) que dans les moments plus expressifs de haute tension dramatique, où le chanteur donne corps à la tourmente des sentiments (Qual serpe turtuosa) et au feu d’un courroux intérieur, dont le point d’orgue est incontestablement le superbe Gemo in un punto e fremo qui a plongé le public dans un état de grâce. Mais cette voix peut également se teinter d’infinies nuances au fil de pages plus aériennes et virtuoses (Cara Sposa). L’intelligence du texte est sublimée par une diction claire et une riche ornementation aux ressorts quasi instrumentaux. Le chanteur sait animer la moindre phrase par un engagement total. On peut alors pleinement apprécier dans cette interprétation habitée, chaque phrasé, les legati et crescendi, distillés dans un chant débarrassé de toute fioriture inutile. Car contrairement à certains contre-ténors, Tim Mead ne s’adonne ni au maniérisme, ni à la pyrotechnie vocale. On sent alors ici à quel point l’artiste a gagné en maturité  et qu’il est aujourd’hui dans la plénitude de ses moyens.

A la fois chef et musicien, François Lazarevitch jongle entre le pupitre et plusieurs flûtes, et il donne ici la pleine mesure de son éclectisme. Nous sommes loin des timbres cossus et lisses d’un English Concert ou d’une Academy of Ancient Music, mais l’approche vivifiante du musicien et de son ensemble, aux sons  à la fois corsés et rustiques, qui emprunte beaucoup à la danse, emporte l’enthousiasme de l’auditeur au fil des pièces. Telle est l’alchimie entre art populaire et approche érudite de la musique des Musiciens de Saint-Julien.


François Lazarevitch Tim Mead Gaveau 16/11/2022 © Jean-Baptiste Millot

Quittant les rives de l’Italie, Tim Mead et François Lazarevitch nous ont fait l’offrande, en guise de conclusion à ce concert, d’un détour par les côtes de l’Angleterre avec un très inspiré Drive the cold winter away – un air anonyme figurant sur leur album The Queen’s delight – et un traditionnel celte dominé par la musette baroque de l’éclectique musicien. Avec une telle synergie, Tim Mead et François Lazarevitch ont tenu l’auditoire à distance des premiers froids de l’hiver en attisant le feu des dernières couleurs de l’automne.

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Antonio Vivaldi

Ouverture – extrait de L’Olympiade RV 725

Cara Sposa – extrait d’Orlando Furioso RV 728

Vedro con mio diletto – extrait de Il Giustino RV 717

Concerto pour flûte à bec e do mineur RV 441

Gelido in ogni vena – extrait de Farnace RV 711

Qual serpe tortuosa – extrait de La Fida Ninfa RV 714

Entracte

Concerto pour cordes en sol mineur RV 157

Sol da te, mio dolce amore – extrait d’Orlando Furioso RV 728

Concerto pour flautino en do majeur RV 443

Sento in seno ch’in pioggia di lagrime – extrait de Il Giustino RV 717

Gemo in un punto e fremo – extrait de L’olympiade RV 725

Encore

Drive the cold winter away

Tim Mead, contreténor

Les Musiciens de Saint-Julien

Direction musicale et flûtes

François Lazarevitch

Paris, Salle Gaveau, le mercredi 16 novembre 2023 à 20h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

« Par Toutatis », tout sur Atys !
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Chi va piano, va sano ?
Thomas BLONDELLE, Stefan HERHEIM, Donald RUNNICLES
Spectacle