Forum Opéra

Véronique Gens – Auditorium Musée d’Orsay — Paris (Musée d'Orsay)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
4 mai 2017
Idéalement versatile

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Alexandre Scriabine (1872-1915)
Vers la flamme (arrangement pour orchestre de Jonathan Keren)

Edward Elgar (1857-1934)
Sérénades pour orchestre à corde en mi mineur

Luigi Boccherini (1743-1805)
Symphonie en ré mineur « La casa del Diavolo »

Entracte

György Ligeti (1923-2006)
Ramifications, pour 12 cordes

Benjamin Britten (1913-1976)*
Extraits des Illuminations :
-Royauté
-Interlude
-Départ

Hector Berlioz (1803-1869)*
Extrait des Nuits d’Eté :
-Au cimetière

Christoph Willibald von Gluck (1717-1787)*
Extrait d’Iphigénie en Tauride :
-« Non, cet affreux devoir je ne puis le remplir… Je t’implore et je tremble ô déesse implacable »

*Véronique Gens, soprano

Camerata Geneva

Direction musicale
David Greilsammer

Paris, Auditorium du Musée d’Orsay, le jeudi 4 mai 2017, 20h

En miroir de l’exposition actuellement présentée au Musée d’Orsay, Au-delà des étoiles, qui dévoile la représentation du « paysage mystique » sous des pinceaux aussi différents que ceux de Monet, de Kandinsky, de Harris ou de Gauguin, le concert de la Geneva Camerata et de son directeur David Greilsammer à l’Auditorium affiche un programme qui revendique l’éclectisme, et même la confrontation des styles et des manières.

Commencer un concert placé sous le maître mot du mysticisme par une œuvre de Scriabine n’est pas sans une certaine évidence. Originalement écrite pour le piano, Vers la flamme, dans une transcription pour orchestre de chambre, est une courte pièce tout entière lancée dans un même élan ascensionnel, tranchant un peu avec les vertes Sérénades d’Elgar et la Casa del diavolo de Boccherini qui font bifurquer la première partie sur la voie d’un certain classicisme formel où les cordes un peu rêches de la Geneva Camerata s’épanouissent mal. La gémellité avec la pièce de Ligeti, Ramifications, jouée après l’entracte, est en revanche frappante : là encore, un seul mouvement, là encore, une fulgurante ascèse pour laquelle chaque instrumentiste se dépasse.

Les interventions de Véronique Gens s’inscrivent dans la même veine versatile ; les extraits des Illuminations de Britten, lapidaires et ironiques, permettent à la soprano de couler les nobles moirures de son timbre dans un moule au burlesque presque étonnant. Mais Berlioz, juste après, réveille les instincts de la tragédienne, et suscite le déploiement majestueux d’un legato souverain ornant « Au cimetière » de tous ses mystères. Ainsi est planté pour l’arrivée d’Iphigénie : ceux qui ont entendu Véronique Gens en décembre dernier au Palais Garnier savent combien elle est scupltée pour le rôle ; les autres s’en doutent bien. « Je t’implore et je tremble » condense, en quatre minutes qui passent bien vite, toutes les facettes d’un personnage tenu par le devoir mais ébranlée par des sentiments inconnus ; un personnage à l’image d’une soirée où classiques et modernes se suivent, mobile et versatile…

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Alexandre Scriabine (1872-1915)
Vers la flamme (arrangement pour orchestre de Jonathan Keren)

Edward Elgar (1857-1934)
Sérénades pour orchestre à corde en mi mineur

Luigi Boccherini (1743-1805)
Symphonie en ré mineur « La casa del Diavolo »

Entracte

György Ligeti (1923-2006)
Ramifications, pour 12 cordes

Benjamin Britten (1913-1976)*
Extraits des Illuminations :
-Royauté
-Interlude
-Départ

Hector Berlioz (1803-1869)*
Extrait des Nuits d’Eté :
-Au cimetière

Christoph Willibald von Gluck (1717-1787)*
Extrait d’Iphigénie en Tauride :
-« Non, cet affreux devoir je ne puis le remplir… Je t’implore et je tremble ô déesse implacable »

*Véronique Gens, soprano

Camerata Geneva

Direction musicale
David Greilsammer

Paris, Auditorium du Musée d’Orsay, le jeudi 4 mai 2017, 20h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Réjouissante soûlographie
Pietro SPAGNOLI, Carolina LÓPEZ MORENO, Marianna PIZZOLATO
Spectacle