Forum Opéra

YVAIN, Gosse de riche – Paris (Athénée)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
17 mars 2024
Pourrie, gâtée…

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Comédie musicale en 3 actes de Maurice Yvain sur un livret de Jacques Bousquet et Henri Falk
Créée à Paris au Théâtre Daunou le 2 mai 1924

Production : Les Frivolités Parisiennes

Coproduction : l’Opéra de Reims, Athénée Théâtre Louis-Jouvet avec le soutien de : la DRAC Île-de-France, la Région Île-de-France, l’Opéra de Reims, l’Adami, la Spedidam, le CNM.

Détails

Mise en scène
Pascal Neyron
Scénographie & lumières
Camille Duchemin
Collaboration artistique
Elisabeth de Ereno
Conseil artistique
Christophe Mirambeau
Chorégraphie
Aure Wachter
Création costumes
Sabine Schlemmer
Régie Lumières et vidéo
Estelle Cerisier

Colette Patarin
Amélie Tatti
Achille Patarin
Philippe Brocard
Suzanne Patarin
Lara Neumann
Baronne Skatinkolowitz
Marie Lenormand
Nane
Julie Mossay
André Sartène
Aurélien Gasse
Léon Mézaize
Charles Mesrine

Chef de chant
Etienne Jacquet
Les Frivolités Parisiennes
Production musicale menée sans chef d’orchestre

Paris, Athénée-Théâtre Louis Jouvet, vendredi 15 mars 2024, 20h

De la vingtaine d’opérettes composées par Maurice Yvain, Gosse de riche n’est la plus célèbre. L’œuvre connut un relatif insuccès comparé au triomphe de Ta bouche deux plus tôt, en 1922, et de Là-Haut l’année précédente (76 contre respectivement 582 et 260 représentations). Non qu’elle soit dépourvue de qualité, à commencer par une intrigue vaudevillesque prétexte à quiproquos désopilants assortie d’une satire réjouissante de la société – on constate que peu de choses ont changé en un siècle. Mais les lyrics de Jacques Bousquet et Henri Falk, si spirituels soient-ils, ne peuvent rivaliser avec ceux d’Albert Willemetz. Privée de tubes, la partition elle-même paraît inégale, parfois inspirée, parfois inaboutie avec des numéros qui tombent à plat ou si brefs qu’ils n’ont pas le temps de faire mouche, comme si le compositeur était à court d’idées ou cherchait son style.

Pour l’apprécier à sa juste mesure sur la scène de l’Athénée, il aurait fallu soigner davantage la prononciation du texte. Parlés, les dialogues sont débités à une vitesse qui empêche d’en saisir toujours le sens. Chantés, l’œil s’accroche aux écrans de surtitres de part et d’autre de la scène afin de comprendre les paroles et d’en goûter l’esprit, au détriment de l’attention portée aux chanteurs. Seule exception au volapük ambiant, Philippe Brocard campe un Achille Patarin toujours intelligible, servi par une voix de baryton timbrée et bien projetée. Se détachent les rôles de caractère – Marie Lenormand en Baronne, Lara Neumann en Suzanne Patarin et même, dans le rôle pourtant épisodique de Léon Mézaize, Charles Mesrine – tandis que les deux jeunes premiers – Amélie Tatti en Colette Patarin, Aurélien Gasse en André Sartène – se débattent avec des partitions plus lyriques, et donc plus exigeantes, qui semblent avoir pris Franz Lehár pour modèle. L’un des plus grands succès de Henry Defreyn, le créateur de Sartène, ne fut-il pas Danilo dans La Veuve Joyeuse ?

© Camille Girault

Les décors et les costumes sont réduits à l’essentiel avec quelques partis-pris surprenants. Etrange la chemise transparente de Patarin ! Osé, le tablier de Sartène qui ne cache rien de la partie la plus charnue de son anatomie ! La mise en scène de Pascal Neyron fait claquer les portes comme il se doit dans ce type de comédie. Entrées et sorties sont réglées au cordeau, sans plus d’inventivité. Le grain de folie nécessaire à ce répertoire frôle souvent l’hystérie – l’entrée surjouée de Colette.

Ne soyons cependant pas trop sévères. Une opérette de Maurice Yvain offre toujours la garantie de passer un bon moment. Les Frivolités Parisiennes ne sont jamais aussi convaincantes que dans ce répertoire qui leur est consubstantiel. L’absence de chef d’orchestre ne nuit ni à l’homogénéité, ni à la fluidité. La précision des ensembles n’est jamais prise en défaut. L’air de la baronne, « Combine », ou la Fest-Noz menée biniou battant par Lara Reimann font partie de ces moments inénarrables qui, en dépit de nos réserves, aident à passer une joyeuse soirée.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Comédie musicale en 3 actes de Maurice Yvain sur un livret de Jacques Bousquet et Henri Falk
Créée à Paris au Théâtre Daunou le 2 mai 1924

Production : Les Frivolités Parisiennes

Coproduction : l’Opéra de Reims, Athénée Théâtre Louis-Jouvet avec le soutien de : la DRAC Île-de-France, la Région Île-de-France, l’Opéra de Reims, l’Adami, la Spedidam, le CNM.

Détails

Mise en scène
Pascal Neyron
Scénographie & lumières
Camille Duchemin
Collaboration artistique
Elisabeth de Ereno
Conseil artistique
Christophe Mirambeau
Chorégraphie
Aure Wachter
Création costumes
Sabine Schlemmer
Régie Lumières et vidéo
Estelle Cerisier

Colette Patarin
Amélie Tatti
Achille Patarin
Philippe Brocard
Suzanne Patarin
Lara Neumann
Baronne Skatinkolowitz
Marie Lenormand
Nane
Julie Mossay
André Sartène
Aurélien Gasse
Léon Mézaize
Charles Mesrine

Chef de chant
Etienne Jacquet
Les Frivolités Parisiennes
Production musicale menée sans chef d’orchestre

Paris, Athénée-Théâtre Louis Jouvet, vendredi 15 mars 2024, 20h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Qu’est-il arrivé à Baby Maria ?
Matthew WILD, Karsten JANUSCHKE, Nombulelo YENDE
Spectacle