Forum Opéra

Le Testament de la tante Caroline

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
9 avril 2022
Un joyeux drille nommé Albert Roussel

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Opérette en un acte
Musique d’Albert Roussel
Livret de Nino

Créée à Olomouc le 14 novembre 1936 (en tchèque), à l’Opéra-Comique le 11 mars 1937 (en français)

Détails

Lucine

Marie Perbost

Noël

Fabien Hyon

Christine

Marion Gomar

Ferdinand

Charles Mesrine

Béatrice

Marie Lenormand

Patogène

Romain Dayez

Noémie

Lucile Komitès

Jobard

Aurélien Gasse

Maître Corbeau

Till Fechner

Orchestre des Frivolités Parisiennes

Direction musicale

Dylan Corlay

1 CD Naxos TT. 79′

Enr. live Athénée Théatre Louis-Jouvet, 13 juin 2019

Première mondiale au disque

« On s’étonnera peut-être de me voir, à mon âge [68 ans], aborder l’opérette après avoir écrit pour le concert ou le théâtre un assez grand nombre d’ouvrages d’un genre tout différent…Il est prodigieusement intéressant pour un musicien… de tenter une aventure peut-être sans lendemain dans une région de l’art qui lui est encore peu familière ». C’est ce qu’écrit Albert Roussel dans L’Intransigeant le 24 février 1937. Sans lendemain, son unique opérette le restera puisque le marin devenu compositeur (entre autres de l’opéra Padmâvati) décède six mois plus tard des suites d’un malaise cardiaque à Royan.

L’indigne tante et ses trois nièces

C’est à Nino, pseudonyme de Michel Veber qui a aussi écrit pour Jacques Ibert ou Manuel Rosenthal, qu’on doit le livret de ce Testament de la tante Caroline, une pièce de boulevard joliment troussée : la tante Caroline, qui a fait fortune dans la galanterie, vient de mourir, laissant un très bel héritage… à trois nièces qui ne l’ont jamais fréquentée mais qui se sont précipitées à son enterrement. Deux d’entre elles sont mariées, la troisième est diaconesse. Seul problème, l’héritage doit aller au premier des enfants qui naîtra dans l’année suivant le décès de la tante. On ne racontera pas toute l’histoire ni  la pirouette finale qui révèle le secret de la troisième nièce, Béatrice.

La musique de Roussel fait amèrement regretter que le contemporain de Ravel (il est mort la même année que lui) n’ait pas plus souvent cultivé la muse légère.

Frivolités bien parisiennes

Forumopera.com avait fait un compte-rendu très enthousiaste (Ô palace Athénée) de ce Testament de la tante Caroline donné au théâtre impérial de Compiègne et dans la salle parisienne de l’Athénée en juin 2019. J’avais à l’époque partagé l’enthousiasme de Laurent Bury dans ces colonnes :  « Les Frivolités Parisiennes ont su faire les bons choix, avec une équipe de chanteurs-acteurs qui se donnent sans compter. A tout seigneur tout honneur, il faut inévitablement commencer par chanter les louanges de Marie Lenormand, qui hérite du rôle en or de Béatrice, la nièce religieuse, irrésistible dans l’air où elle confesse avoir jadis péché. Quelques mots suffisent à Till Fechner pour imposer un savoureux personnage de notaire revêche, imperméable mastic et clope au bec. Les deux couples formées par les nièces et leur conjoint sont admirablement caractérisés : la Noémie versaillaise de Lucile Komitès et son époux coureur de jupon Aurélien Gasse, la Christine superbement idiote de Marion Gomar et son lamentable conjoint Charles Mesrine. En Lucine, Marie Perbost fait valoir un timbre limpide et une excellente diction, mais son personnage reste très sage. Noël donne à Fabien Hyon l’occasion de montrer une belle vaillance vers la fin de l’œuvre, et Roussel est bien heureux qu’on ait confié ce rôle à pareil titulaire. Pour avoir peu à chanter, Romain Dayez n’en manifeste pas moins une très séduisante désinvolture dans le rôle du docteur. »

L’orchestre Les Frivolités parisiennes et leur chef Dylan Corlay n’en sont pas à leur coup d’essai en matière de redécouverte de répertoires oubliés, notamment l’univers incroyablement riche de l’opérette de l’entre-deux-guerres. Il faut noter que la formation respecte les effectifs de la création (30 musiciens). Pour cette première discographique, on applaudit le coup de maître !

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
61mcmgp0sil._sl1462_

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opérette en un acte
Musique d’Albert Roussel
Livret de Nino

Créée à Olomouc le 14 novembre 1936 (en tchèque), à l’Opéra-Comique le 11 mars 1937 (en français)

Détails

Lucine

Marie Perbost

Noël

Fabien Hyon

Christine

Marion Gomar

Ferdinand

Charles Mesrine

Béatrice

Marie Lenormand

Patogène

Romain Dayez

Noémie

Lucile Komitès

Jobard

Aurélien Gasse

Maître Corbeau

Till Fechner

Orchestre des Frivolités Parisiennes

Direction musicale

Dylan Corlay

1 CD Naxos TT. 79′

Enr. live Athénée Théatre Louis-Jouvet, 13 juin 2019

Première mondiale au disque

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

La maturité d’un nouveau grand du lied
Konstantin KRIMMEL, Ammiel BUSHAKEVITZ
CD
Le grand architecte
Benjamin BRUNS, Marek JANOWSKI, Christiane KARG
CDSWAG