Forum Opéra

DEBUSSY, Pelléas et Mélisande – Paris (Athénée)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
17 février 2024
Une version pour piano qui va droit au cœur

Note ForumOpera.com

5

Infos sur l’œuvre

Opéra en cinq actes de Claude Debussy sur un livret de Maurice Maeterlinck d’après la pièce du même nom
Créé le 30 avril 1902 à l’Opéra-Comique à Paris sous la direction d’André Messager

Production : Fondation Royaumont, coproduction : Châteauvallon-Liberté et plusieurs scènes nationales

Détails

Mise en scène
Moshe Leiser & Patrice Caurier
Assistant
Arthur Hauvette
Préparation musicale
Jean-Paul Pruna et Martin Surot
Costumes
Sandrine Dubois
Lumières
Christophe Forey
Régisseur général
Patrick Olivier

Pelléas
Jean-Christophe Lanièce , baryton
Mélisande
Marthe Davost, soprano
Golaud
Halidou Nombre, baryton
Arkel
Cyril Costanzo, basse
Geneviève
Marie-Laure Garnier, soprano
Yniold
Cécile Madelin, soprano

Piano
Martin Surot

Paris, Théâtre de l’Athénée, jeudi 15 février 2024, à 20h

En février 2000, au Grand Théâtre de Genève, les metteurs en scène Patrice Caurier et Moshé Leiser avaient mis en scène un Pelléas et Mélisande inoubliable, avec dans les rôles titres la jeune Alexia Cousin et Simon Keenlyside sous la direction musicale de Louis Langrée. Des années plus tard, les mêmes Caurier et Leiser découvrent la partition piano-chant que Debussy, bouleversé par la pièce de Maeterlinck, avait composée et décident de la mettre en scène. Pari risqué ? Pari tenu ! La Fondation Royaumont s’engage avec eux dans l’aventure et ce Pelléas, créé en 2021, arrive enfin au Théâtre de L’Athénée.

La scène est nue : un ou deux meubles, au fond une porte, et, protagoniste essentiel, un piano (comme autrefois à Genève). Martin Surot interprète le prélude avec une telle sensibilité qu’il acquière d’emblée une forte présence théâtrale et cela sans quitter la scène durant plus de deux heures, nous donnant, de surcroit, l’impression de découvrir la partition à tout moment. Les lumières rasantes et subtiles de Christophe Forey – deux rangées de projecteurs au sol en coulisses – créent de telles atmosphères qu’on imagine aisément les soleils sur la mer, la grotte, le jardin, la fontaine, la tour, d’autant qu’un tel dépouillement donne tout pouvoir à la musique et au texte La remarquable direction d’acteurs de Caurier et Leiser permet aux chanteurs de rentrer dans les personnages sans jamais abdiquer leur propre personnalité. Pas d’artifices ! Ils sont vrais ! Ce travail leur confère une réelle liberté de jeu permettant l’adhésion immédiate des spectateurs et la profonde émotion ressentie tout au long du spectacle sans qu’à un seul moment l’attention se relâche. Les metteurs en scène s’inspirent en permanence de la partition. Ainsi, comment oublier la scène de la grotte quand, sur le lyrisme puissant et soudain de la musique, Mélisande se blottit pour la première fois contre Pelléas au moment où il s’écrie « Voici la clarté » ? Ou la scène de la tour quand les jeunes gens, autour du piano où ils se lovent, osent s’avouer leur amour avec une sensualité délicate et une tendresse bouleversante.  La dernière rencontre entre Pelléas et Mélisande est tout aussi saisissante.

© DR

La distribution est d’une homogénéité rare et tous interprètent avec justesse le texte de Maeterlinck. Le timbre clair de la soprano Marthe Davost, son legato, son phrasé en font une Mélisande lumineuse. En grande comédienne, elle exprime à merveille l’évolution du personnage, voulue par Caurier et Leiser, de la jeune fille fragile du début à la femme plus mûre, bientôt mère et moins vulnérable. Jean-Christophe Lanièce est tout aussi remarquable en Pelléas avec un beau de timbre de baryton et le même legato soutenu lui permettant des inflexions propres aux grands interprètes de mélodies et de lieder. Le personnage tient sa force de la fragilité qu’il sait si bien exprimer. Halidou Nombre, à la stature et la voix imposante, compose, avec une déclamation plus théâtrale, un Golaud tout en contraste dont il fait ressortir subtilement, au-delà de la violence, la profonde souffrance. Cyril Costanzo, basse à la voix claire et franche, est un Arkel bien plus touchant et complexe qu’à l’ordinaire, Marie-Laure Garnier, soprano au beau timbre de mezzo, une Geneviève imposante, très présente tout au long de la tragédie, comme le personnage d’Yniold bien loin de la naïveté enfantine habituelle interprété très justement par Cécile Madelin. Bref, il s’agit ici d’un spectacle à ne pas manquer !

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

5

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en cinq actes de Claude Debussy sur un livret de Maurice Maeterlinck d’après la pièce du même nom
Créé le 30 avril 1902 à l’Opéra-Comique à Paris sous la direction d’André Messager

Production : Fondation Royaumont, coproduction : Châteauvallon-Liberté et plusieurs scènes nationales

Détails

Mise en scène
Moshe Leiser & Patrice Caurier
Assistant
Arthur Hauvette
Préparation musicale
Jean-Paul Pruna et Martin Surot
Costumes
Sandrine Dubois
Lumières
Christophe Forey
Régisseur général
Patrick Olivier

Pelléas
Jean-Christophe Lanièce , baryton
Mélisande
Marthe Davost, soprano
Golaud
Halidou Nombre, baryton
Arkel
Cyril Costanzo, basse
Geneviève
Marie-Laure Garnier, soprano
Yniold
Cécile Madelin, soprano

Piano
Martin Surot

Paris, Théâtre de l’Athénée, jeudi 15 février 2024, à 20h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Un choc, à la séduction et à la force renouvelées
Leonardo GARCÍA ALARCÓN, Ted HUFFMAN, Jasmin DELFS
Spectacle