Forum Opéra

Serata Belcanto – Paris

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
16 février 2024
A l’école de Raina Kabaivanska

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Serata Belcanto
Concert des artistes de l’Ecole internationale d’Opéra de Raina Kabaivanska

Reynaldo HAHN
« A Chloris » (Veronica Simeoni)
Gaetano DONIZETTI
Lucia di Lammermoor, « Regnava nel silenzio » (Aleksandrina Mihailova)
Lucia di Lammermoor, « Tombe degli avi mie » (Giuseppe Infantino)
Don Pasquale, « Pronta io son » (Aleksandrina Mihailova, Hae Kang)
Vincenzo BELLINI
I puritani, « A te o cara » (Giuseppe Infantino)
Giuseppe VERDI
Il trovatore, « Condotta ell’era in ceppi » (Veronica Simeoni)
Rigoletto, « E il sol dell’anima » (Giuseppe Infantino, Aleksandrina Mihailova)
Jules MASSENET
Don Quichotte, « Riez ! Allez ! Riez du pauvre idéologue » (Hae Kang)
Giacomo PUCCINI
La rondine, « Chi il bel sogno » (Aleksandrina Mihailova)
La Bohème, « Che gelida manina »(Giuseppe Infantino)
Francesco CILEA
Adriana Lecouvreur, « Acerba volutta » (Veronica Simeoni)
Umberto GIORDANO
Andrea Chénier, « Nemico della patria » (Hae Kang)

Bis
Gaetano DONIZETTI
L’elisir d’amore, « Fra lieti concenti » (Aleksandrina Mihailova, Giuseppe Infantino, Veronica Simeoni, Hae Kang)

Veronica Simeoni, mezzo-soprano
Aleksandrina Mihailova, soprano
Giuseppe Infantino, ténor
Hae Kang, baryton
Boryana Lambreva, piano

Paris, Studio Bastille, jeudi 15 février 2024, 19h30

Belcanto, l’Opéra Bastille écrit ton nom sans en connaître la signification. Tandis que la grande salle saccage l’avant-dernier opéra de Bellini, Beatrice di Tenda, le Studio dans les entrailles du bâtiment propose une « serata belcanto » qui étire son programme jusqu’à Massenet, Giordano et Hahn. Cherchez l’erreur !

L’intention n’en est pas moins louable. Il s’agit de présenter au public parisien les artistes de l’Ecole internationale de Raina Kabaivanska, diva bulgare dont la carrière fut mise sur orbite en 1961 à la Scala, dans Beatrice di Tenda précisément (elle chantait Agnese aux côtés de Joan Sutherland). Sa voix de soprano dramatique, alliée à un physique cinégénique, lui valurent de jouer dans plusieurs opéras filmés – notamment Tosca réalisée par Gianfranco De Bosio avec Placido Domingo en 1976. Retirée des scènes, elle se consacre aujourd’hui à l’enseignement et à la transmission de son art au sein d’une fondation et d’une école qui portent son nom. Une bourse est attribuée aux meilleurs élèves de sa masterclasse afin d’accompagner leur formation et leurs débuts internationaux.

© Kostadin Krustev Koko

Des quatre artistes présentés, Veronica Simeoni est la plus confirmée. Cela s’entend. Premier prix du concours international de chant Luciano Pavarotti de Modène en 2008, la mezzo-soprano est depuis invitée sur les plus grandes scènes. A titre d’exemple, elle était en 2019 Preziosilla dans La forza del destino à Londres aux côtés de Jonas Kaufmann et Anna Netrebko. Avec le surcroît d’assurance qu’apporte l’expérience, elle anime Azucena et la Principessa di Bouillon d’un feu conforme à ce que l’on peut attendre de ces deux héroïnes volcaniques, la première comme envoutée dans sa grande scène hallucinatoire, la seconde acerbe et passionnée. Les écarts de registre n’affectent pas une voix dont la longueur évite d’excessifs poitrinages. Dans un autre genre, « A Chloris » qui ouvre le concert fait valoir une diction française irréprochable et un sens des nuances sur lequel ses partenaires auraient raison de prendre exemple.

A défaut, Aleksandrina Mihailova offre quelques notes allégées du meilleur effet, même si fragiles. Le médium est nourri, l’aigu précis. Artiste de l’Accademia Teatro alla Scala jusqu’en 2023, la soprano possède l’abattage de Dorina mais doit encore perfectionner sa technique pour adoucir les angles d’un « Regnava del silenzio » entaché de duretés.

Ténor italien armé de bravoure, Giuseppe Infantino affronte en voix de poitrine les notes les plus élevées, jusqu’au contre-ut dièse pour Arturo, mais ce chant souvent nasal, toujours en force malmène la ligne de « A te, o cara » autant qu’il ignore la poésie de « che gelida manina ».

Vainqueur l’an passé du 59e Concours des voix verdiennes, Hae Kang possède un timbre de baryton d’une qualité appréciable, alliage rare de métal et de velours. Il lui reste à travailler sa diction française s’il veut un jour outrepasser le seul air de Sancho dans Don Quichotte de Massenet et développer sa capacité d’expression pour qu’au-delà de la beauté intrinsèque de la voix, se dessinent avec plus de netteté les personnages qu’il interprète.

Tous quatre trouvent en Boryana Lambreva une accompagnatrice attentive doublée d’une pianiste accomplie, dont la virtuosité fait de chacune de ces pages des pièces de concert.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Serata Belcanto
Concert des artistes de l’Ecole internationale d’Opéra de Raina Kabaivanska

Reynaldo HAHN
« A Chloris » (Veronica Simeoni)
Gaetano DONIZETTI
Lucia di Lammermoor, « Regnava nel silenzio » (Aleksandrina Mihailova)
Lucia di Lammermoor, « Tombe degli avi mie » (Giuseppe Infantino)
Don Pasquale, « Pronta io son » (Aleksandrina Mihailova, Hae Kang)
Vincenzo BELLINI
I puritani, « A te o cara » (Giuseppe Infantino)
Giuseppe VERDI
Il trovatore, « Condotta ell’era in ceppi » (Veronica Simeoni)
Rigoletto, « E il sol dell’anima » (Giuseppe Infantino, Aleksandrina Mihailova)
Jules MASSENET
Don Quichotte, « Riez ! Allez ! Riez du pauvre idéologue » (Hae Kang)
Giacomo PUCCINI
La rondine, « Chi il bel sogno » (Aleksandrina Mihailova)
La Bohème, « Che gelida manina »(Giuseppe Infantino)
Francesco CILEA
Adriana Lecouvreur, « Acerba volutta » (Veronica Simeoni)
Umberto GIORDANO
Andrea Chénier, « Nemico della patria » (Hae Kang)

Bis
Gaetano DONIZETTI
L’elisir d’amore, « Fra lieti concenti » (Aleksandrina Mihailova, Giuseppe Infantino, Veronica Simeoni, Hae Kang)

Veronica Simeoni, mezzo-soprano
Aleksandrina Mihailova, soprano
Giuseppe Infantino, ténor
Hae Kang, baryton
Boryana Lambreva, piano

Paris, Studio Bastille, jeudi 15 février 2024, 19h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Un choc, à la séduction et à la force renouvelées
Leonardo GARCÍA ALARCÓN, Ted HUFFMAN, Jasmin DELFS
Spectacle