Forum Opéra

STRAUSS, Die Liebe der Danae — Berlin

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
9 avril 2016
Pluie d’or ne fait pas le bonheur

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Die Liebe der Danae
Mythologie joyeuse en trois actes, livret de Joseph Gregor d’après une nouvelle de Hoffmansthal
Créé à Salzbourg le 14 août 1952

Détails

Mise en scène
Kirsten Harms
Décors
Bernd Damovsky
Costumes
Dorothea Katzer
Lumières
Manfred Voss

Danae
Manuela Uhl
Jupiter
Mark Delavan
Midas
Raymond Very
Semele
Nicole Haslett
Europa
Martina Welschenbach
Alkmene
Rebecca Jo Loeb
Leda
Katharina Peetz
Mercure
Thomas Blondelle
Xanthe
Adriana Ferfezka
Quatre rois
Paul Kaufmann, Clemens Bieber, Thomas Lehman, Alexei Botnarciuc

Orchestre et Choeur du Deutsche Oper Berlin
Direction musicale
Sebastian Weigle

Berlin Deutsche Oper, samedi 9 avril 2016, 19h30

Les années passent et les problèmes demeurent. En cette fin semaine Strauss, la Deutsche Oper Berlin reprend la production de Kirsten Harms de Die Liebe der Danae (dont Laurent Bury commentait ici la captation au DVD en 2011), l’avant-dernier opéra du compositeur. Las, avec une distribution largement reconduite, les limites déjà évoquées par notre collègue béent toujours.

Timbre rugueux et en panne d’aigu, Manuela Uhl défend avec l’intégrité de ses moyens le rôle, notamment un monologue pour soprano et orchestre à la mode straussienne au troisième acte. Si elle n’a pas toute la tessiture de Danae, tout au moins s’efforce-t-elle de lui donner vie et couleurs, aidée en cela par un charisme scénique naturel. Mark Delevan n’est visiblement pas plus à l’aise dans son entrée qu’en 2011. Bien au contraire, à l’exception d’un deuxième-acte où le chanté-parlé le ménage et met en avant son talent de comédien, ses aigus l’abandonnent systématiquement, les phrases musicales peinent à se dessiner et l’interprète s’efface trop souvent derrière l’orchestre. Drôle d’adieux pour un dieu. Raymond Very, annoncé souffrant, n’en laisse rien paraitre tant le style et l’intelligence du chanteur sont au service de ce Midas. Malgré ses courses ailées, Mercure n’a pas changé. Thomas Blondelle s’amuse avec ce rôle comique trop court pour mettre en avant toute ses qualités : style, aisance et rondeur. Adriana Ferfezka marque les esprits : Xanthe ne compte qu’une brève scène  en duo avec Danae, et dans ce laps de temps, la soprano surpasse avec aisance sa partenaire. Un vrai nectar pour les oreilles en comparaison du Pollux nasal et vibré d’Andrew Dickinson. Le tableau serait incomplet si l’on oubliait d’évoquer les sœurs de Danae, héritières des dryades et des nymphes des œuvres straussiennes, qui charment ou font sourire selon les situations. Grande satisfaction à l’orchestre, où Sebastien Weigle prend la suite d’Andrew Litton (entendu la veille dans Die ägyptiche Helena), parvenant à donner couleurs et contrastes.

Kirsten Harms suit le livret à la lettre même si les costumes sont modernes et que les mythes semblent transposés à un époque bien plus proche de la nôtre. Pourquoi un panneau de sortie « EXIT » réglementaire coiffe-t-il la porte arrière ? Pourquoi un extincteur est-il à la disposition des chanteurs ? On ne sait pas. La saisie des biens de Pollux dès la scène d’ouverture, ira jusqu’à son piano que l’on renverse et qui passera toute la représentation à pendre dans les cintres.

Faut-il voir dans cette pluie d’or devenue partition de musique une allégorie de ce qui fait la richesse véritable ? Une forme d’hommage au génie de Strauss, alors qu’il s’apprête lui aussi à se retirer de la scène du monde.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Die Liebe der Danae
Mythologie joyeuse en trois actes, livret de Joseph Gregor d’après une nouvelle de Hoffmansthal
Créé à Salzbourg le 14 août 1952

Détails

Mise en scène
Kirsten Harms
Décors
Bernd Damovsky
Costumes
Dorothea Katzer
Lumières
Manfred Voss

Danae
Manuela Uhl
Jupiter
Mark Delavan
Midas
Raymond Very
Semele
Nicole Haslett
Europa
Martina Welschenbach
Alkmene
Rebecca Jo Loeb
Leda
Katharina Peetz
Mercure
Thomas Blondelle
Xanthe
Adriana Ferfezka
Quatre rois
Paul Kaufmann, Clemens Bieber, Thomas Lehman, Alexei Botnarciuc

Orchestre et Choeur du Deutsche Oper Berlin
Direction musicale
Sebastian Weigle

Berlin Deutsche Oper, samedi 9 avril 2016, 19h30

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Curieux ne pas s’abstenir !
Camilla Carol FARIAS, Francesco BOSSI, Luis MAGALLANES
Spectacle