Forum Opéra

DONIZETTI, PACINI, MERCADANTE, COPPOLA, VACCAJ , Cantata in morte di M.F.Malibran – Pesaro

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
18 août 2023
Unis pour pleurer et célébrer

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Cantate pour la mort de M.F. Malibran (Teatro alla Scala, 17 mars 1837)

Musiques de Gaetano Donizetti, Giovanni Pacini, Saverio Mercadante, Pietro Antonio Coppola, Nicola Vaccaj

Textes d’ Antonio Piazza

Révision de Veleer de Vlam, en collaboration avec le Centre pour l’étude de la Musique flamande et Labo XIX1XX (Conservatoire royal d’Anvers)

Détails

Giuliana Gianfaldoni, soprano

Lyaila Alamanova, soprano

Shachar Lavi, mezzosoprano

Dave Monaco, ténor

Michael Mofidian, baryton-basse

Giorgi Manoshvili, basse

 

Choeur du Teatro della Fortuna

Chef de chœur
Mirca Rosciani

 

Orchestre Filarmonica Gioachino Rossini

Direction musicale
Diego Ceretta

 

Pesaro, Teatro Sperimentale, lundi 14 août 2023 à 11h

 

 

La mort de Maria Malibran en pleine gloire, à 28 ans à peine, eut un retentissement international bien au-delà du cercle étroit du monde lyrique. Vivement émus des compositeurs qu’elle avait servis ou qui rêvaient qu’elle le fît s’associèrent pour lui élever un tombeau musical. Il figurait au programme de l’édition 2023 du ROF (Rossini Opera Festival) bien que, à ce qu’il semble, Rossini ait décliné l’offre d’y participer pour honorer l’interprète de ses Semiramide, Rosina ou Angelina… Le Teatro Rossini étant fermé pour  travaux et l’auditorium Pedrotti inaccessible lui aussi, le concert était donné au Teatro Sperimentale, petite salle qui n’avait pourtant pas fait le plein.

L’œuvre, créée au Teatro alla Scala le 17 mars 1837, se veut un parcours depuis la stèle élevée à Manchester, où la cantatrice mourut, jusqu’au monument dédié par Milan à la grande artiste. Elle débute par une marche funèbre écrite par Donizetti en forme d’ouverture qui semble l’écho de celle de Maria Stuarda dont la cantatrice avait souvent interprété le rôle-titre.  Avant une péroraison un peu grandiloquente, timbres plaintifs, scansions qui oppressent, saccades vaines  pour désarçonner l’inéluctable, ont exprimé l’amertume révoltée engendrée par la perte irréparable..

Giovanni Pacini, dont Maria Malibran avait créé Irene, ossia L’Assedio di Messina, a mis en musique les vers écrits par Antonio Piazza. Ce littérateur, dans le texte intitulé « Le mémorial de Manchester » rassemble les lieux communs de la fragilité (les fleurs) et de la célébrité (les lauriers) et présente Maria Malibran comme une croisée de l’art italien. Pacini mobilise un chœur féminin, un chœur masculin, et cinq solistes, un ténor, un baryton et une basse, pour lesquels il organise des entrées séparées, puis simultanées, créant ainsi une palette harmonique assez variée sans cesser d’être une déploration.

Le troisième mouvement – « L’inauguration » – est mis en musique par Saverio Mercadante, dont Maria Malibran avait chanté Il crociato in Egitto. Soprano, ténor et basse ont des entrées distinctes avant que le compositeur ne tresse les voix en guirlande funèbre sur accompagnement des chœurs. Le chant de la défunte, délicat comme celui de la harpe, rayonnant comme un astre, était un espoir dont la lumière ouvrit le ciel, qui l’emporta, la laissant à peine exhaler un dernier soupir.

Aujourd’hui bien oublié, Pietro Antonio Coppola avait dans les années 1830 une grande réputation ; il participe à l’œuvre collective en mettant en musique le poème « La couronne » qui est celle de lauriers déposée sur la stèle commémorative. Après une citation du « Ah non giunge » de La Sonnambula que la Malibran avait si souvent interprété et qui rend ainsi hommage à  Bellini décédé lui aussi dans la fleur de l’âge en 1835, il revient au baryton de déclamer le texte qui relie les lauriers de la gloire théâtrale à la palme de la vertu. Ce monument élevé en Angleterre n’est que le premier et les lauriers ceux d’une gloire éternelle, péroraison confiée à la virtuosité de la voix de soprano sur la courbe d’une valse lente avant une cabalette

Le dernier mouvement a pour titre « Le monument de Milan » et fait logiquement la part belle aux chœurs, puisqu’il évoque l’émulation entre les admirateurs de l’artiste et réaffirme le droit de préemption de l’Italie, en évoquant les personnages de Norma et d’Amina. La musique est signée Vaccaj, dont Maria Malibran préférait chanter le dernier acte de son Romeo e Giulietta à la place de celui des Capuleti e Montecchi. Tous les solistes interviennent, seuls, à deux, ensemble, et c’est bien un final d’opéra que l’on entend, dans cette progression sonore qui vise à laisser l’auditeur pantelant.

Sans entrer dans le détail de chaque prestation, tressons des lauriers aux solistes, les sopranos Giuliana Gianfaldoni et Lyaila Alamanova, le mezzosoprano Shachar Lavi, le ténor Dave Monaco, le baryton plutôt baryton-basse Michael Mofidian, et Giorgi Manoshvili, indiscutablement une basse. Dans l’étui de cette petite salle leurs voix sonnent sans qu’il leur soit nécessaire de forcer le moins du monde. Nous supposerons la prestation des chœurs à la hauteur de la contribution attendue, n’ayant pu les entendre nettement. Bonne prestation des musiciens de l’orchestre Filarmonica Gioachino Rossini, que le jeune Diego Ceretta dirige avec une précision et une conviction communicative. Succès très vif, et applaudissements prolongés jusqu’à l’obtention d’un bis.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Cantate pour la mort de M.F. Malibran (Teatro alla Scala, 17 mars 1837)

Musiques de Gaetano Donizetti, Giovanni Pacini, Saverio Mercadante, Pietro Antonio Coppola, Nicola Vaccaj

Textes d’ Antonio Piazza

Révision de Veleer de Vlam, en collaboration avec le Centre pour l’étude de la Musique flamande et Labo XIX1XX (Conservatoire royal d’Anvers)

Détails

Giuliana Gianfaldoni, soprano

Lyaila Alamanova, soprano

Shachar Lavi, mezzosoprano

Dave Monaco, ténor

Michael Mofidian, baryton-basse

Giorgi Manoshvili, basse

 

Choeur du Teatro della Fortuna

Chef de chœur
Mirca Rosciani

 

Orchestre Filarmonica Gioachino Rossini

Direction musicale
Diego Ceretta

 

Pesaro, Teatro Sperimentale, lundi 14 août 2023 à 11h

 

 

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Danse pour la fin du monde
Nicky SPENCE, Jaquelyn STUCKER, Clive BAYLEY
Spectacle
Réjouissante soûlographie
Pietro SPAGNOLI, Carolina LÓPEZ MORENO, Marianna PIZZOLATO
Spectacle