Forum Opéra

Récital Angela Gheorghiu et Jonathan Tetelman — Paris (Philharmonie)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
29 janvier 2023
Une star peut en cacher une autre

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Ottorino Respighi (1879-1936)
Burlesca P 59

Tommaso Giordani (1733-1806)
« Caro mio ben »

Giuseppe Verdi (1813-1901)
« O figli… Ah, la paterna mano » – extrait de Macbeth

Francesco Cilea (1866-1950)
« Ma dunque, e vero? » – extrait d’Adriana Lecouvreur

Georges Bizet (1838-1875)
Prélude et Aragonaise – extraits de Carmen Suite n#1
« La fleur que tu m’avais jetée » – extrait de Carmen
« Habanera » – extrait de Carmen

Giacomo Puccini (1858-1924)
« Mario Mario Mario! » – extrait de Tosca

Amilcare Ponchielli (1834-1886)
« Danse des heures » – extrait de La Gioconda
« Cielo e mar » – extrait de La Gioconda

Giacomo Puccini
« In quelle trine morbide » – extrait de Manon Lescaut
« O soave fanciulla » – extrait de La Bohème

Édouard Lalo (1823-1892)
Ouverture du Roi d’Ys

Jules Massenet (1842-1912)
« Pleurez, mes yeux » – extrait du Cid
« Pourquoi me réveiller » – extrait de Werther

Umberto Giordano (1867-1948)
« Vicino a te » – extrait d’Andrea Chénier

Bis

Giacomo Puccini
« O mio babbino caro » – extrait de Gianni Schicchi

Pablo Sorozábal
« No puede ser » – extrait de la Taberna del puerto

« Muzica » – mélodie roumaine
Agustin Lara
« Granada »

Détails

Angela Gheorghiu, soprano

Jonathan Tetelman, ténor

Belgian National Orchestra
Direction musicale
Frédéric Chaslin

Coproduction Les Grandes Voix

Paris, Philharmonie, samedi 28 janvier 2023, 20h

Les récitals d’Angela Gheorghiu à Paris ne sont pas légion. Aussi, celui de ce samedi a attiré les foules, alléchées par un programme ambitieux, un chef de renom et une curiosité : un jeune ténor, catégorie brun ténébreux.

Pourtant, de Montpellier à Strasbourg ou tout simplement sur sa chaine hi-fi, on ne peut soutenir que Jonathan Tetelman appartienne encore à la catégorie star montante, même s’il fait ce soir ses débuts parisiens. Le public est conquis : aigus aisés et péremptoires, ligne et phrasé léchés, souffle et diction… le tout se conjugue autour d’une vraie sensibilité soutenue par une capacité à nuancer, à user de demi-teinte et de voix mixte au service de l’interprétation. Reste à travailler l’endurance et à mûrir à la scène ces extraits qui ne donnent qu’à entrevoir des personnages amputés. Enfin, dans le panorama du XIXe siècle choisi par les deux chanteurs, on remarque que sa voix s’épanouit bien plus naturellement dans les rôles lyriques – « Ah la paterna mano » confondante en ouverture de récital – que ceux plus lourds de la fin de siècle. Rien ne sert de courir et les spinto peuvent bien attendre.

En comparaison, Angela Gheorghiu donne l’impression de gérer son capital. Les deux premiers airs solos, « Caro mio ben » et la Habanera, lui font puiser dans une tessiture qui n’a jamais vraiment été la sienne. Son registre grave, poitriné à l’excès, prend des couleurs fauves qui jurent avec le reste de la ligne. Des duretés et des notes approximatives s’ensuivent, un problème que l’on retrouvera dans l’air de Chimène en deuxième partie. Heureusement, le reste du programme prévoit de larges pans de son répertoire de prédilection, à commencer par Puccini et le deuxième XIXe siècle. Le public ne boude pas son plaisir, d’autant que la star assure le show avec sa légèreté habituelle qui cache une technique solide et un contrôle du souffle inaltéré.

En fosse, on apprécie l’excellente qualité du Belgian National Ochestra, violoncelliste et harpe en tête. Frédéric Chaslin trouve toujours le juste réglage pour valoriser la formation dans les pages orchestrales originales retenues. Respighi permet d’affûter tous les pupitres qui déploient un travail remarquable sur les tons et les ambiances. Il trouvera tout son potentiel dans la « Danza delle ore » et surtout une ouverture du Roi d’Ys dont les accord finaux préfigurent la neuvième de Dvořák.

Les duos trouvent les deux chanteurs libérés et tout à fait complices ; ils chauffent la salle à blanc par une Zarzuela rocambolesque du ténor, une mélodie roumaine charmante et un « Granada » tonitruant à l’unisson.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Ottorino Respighi (1879-1936)
Burlesca P 59

Tommaso Giordani (1733-1806)
« Caro mio ben »

Giuseppe Verdi (1813-1901)
« O figli… Ah, la paterna mano » – extrait de Macbeth

Francesco Cilea (1866-1950)
« Ma dunque, e vero? » – extrait d’Adriana Lecouvreur

Georges Bizet (1838-1875)
Prélude et Aragonaise – extraits de Carmen Suite n#1
« La fleur que tu m’avais jetée » – extrait de Carmen
« Habanera » – extrait de Carmen

Giacomo Puccini (1858-1924)
« Mario Mario Mario! » – extrait de Tosca

Amilcare Ponchielli (1834-1886)
« Danse des heures » – extrait de La Gioconda
« Cielo e mar » – extrait de La Gioconda

Giacomo Puccini
« In quelle trine morbide » – extrait de Manon Lescaut
« O soave fanciulla » – extrait de La Bohème

Édouard Lalo (1823-1892)
Ouverture du Roi d’Ys

Jules Massenet (1842-1912)
« Pleurez, mes yeux » – extrait du Cid
« Pourquoi me réveiller » – extrait de Werther

Umberto Giordano (1867-1948)
« Vicino a te » – extrait d’Andrea Chénier

Bis

Giacomo Puccini
« O mio babbino caro » – extrait de Gianni Schicchi

Pablo Sorozábal
« No puede ser » – extrait de la Taberna del puerto

« Muzica » – mélodie roumaine
Agustin Lara
« Granada »

Détails

Angela Gheorghiu, soprano

Jonathan Tetelman, ténor

Belgian National Orchestra
Direction musicale
Frédéric Chaslin

Coproduction Les Grandes Voix

Paris, Philharmonie, samedi 28 janvier 2023, 20h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

« Par Toutatis », tout sur Atys !
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Un grand mélodrame, comme on l’aime.
Axelle FANYO, Sehoon MOON, Mischa SCHELOMIANSKI
Spectacle