Forum Opéra

Verdi Heroines

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
29 août 2018
Verdi sans filet

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Giuseppe Verdi (1813-1901)

Don Carlo

« Non pianger, mia compagna »

I Due Foscari

« No, mi lasciate… »

« Tu al cui sguardo onnipossente »

« La clemenza! O patria, tremate »

Il Trovatore

« Timor di me? »

« D’amor sull’ali rosee »

« Miserere d’un alma gia vicina »

« Tu vedrai che amore in terra »

I Vespri siciliani

« Mercè, dilette amiche »

Aroldo

« Oh cielo! Dovè son io! »

« Ah, dagli scanni eteri »

« Ah dal sen di quella tomba »

Attila

« Santo di patria »

« Fammi ridar la spada/ Da te questo or m’è concesso »

Macbeth

« Trionfai »

La Traviata

« È strano »

« Ah fors’è lui »

« Follie! Follie »

« Sempre libera »

« Teneste la promessa »

« Addio del passato »

Requiem

« Libera me, Domine »

« Requiem aeternam »

« Libera me, Domine, de morte aeterna »

Soprano

Elena Moșuc

Ténor

Paulo Ferreira

Academic Choir Ivan Goran Kovacic

Chef des choeurs

Luka Vuksic

Orchestre Philharmonique de Zagreb

Direction musicale

Ivo Lipanović

Enregistré à Zagreb (Vatroslav Lisinski concert hall), en juin et septembre 2015

1 CD Solo Musica SM 279, 77′

Le moins que l’on puisse dire d’Elena Moșuc, c’est qu’elle ne triche pas.

Dans la continuité de son précédent album, paru en 2014 et dédié aux héroines donizettiennes, la soprano roumaine choisit d’appliquer à la production verdienne sa prédilection pour le bel canto. Rien que de très logique pour une artiste que Verdi accompagne depuis les débuts de sa carrière : on se souvient de sa Violetta remarquée à La Scala de Milan en 2007, ou de sa Gilda si émouvante dans la production de l’Opéra de Zürich (où, entourée de Leo Nucci et Piotr Beczala, elle était en fameuse compagnie).

Tout au long de ces années, l’affinité presque militante d’Elena Moșuc avec le bel canto est devenue évidente, au fil des productions et des saisons. L’alliage cardinal entre maîtrise technique et expressivité dramatique l’a du reste conduite, de temps à autres, vers des rivages plus proches de nous, en particulier dans le rôle de Zerbinette, où elle fit forte impression, notamment à Paris.

Le choix d’Elena Moșuc de se confronter au répertoire verdien dénote une forme de courage : les rôles choisis pour ce récital, à l’écriture exigeante, se rattachent plutôt à la première moitié de la carrière du compositeur, des « années de galère » (I Due Foscari, Aroldo, Attila) à la trilogie qui ouvre la voie à la maturité (Il Trovatore, La Traviata). Seules exceptions : la romance d’Elisabeth dans Don Carlo, à l’écriture encore très élégiaque, et le Requiem. Quant à l’air de Macbeth (« Trionfai »), incroyablement vituose, il est issu de la version originale de l’œuvre, ce qui, au passage, permet de vérifier l’indéniable plus-value dramatique de son remplacement par « La luce langue » en 1874…

Maîtrise technique et expressivité, disions-nous, pour caractériser le credo de l’artiste. Les deux sont là, et bien là. S’agissant de la maîtrise de la technique du bel canto, on peut même affirmer que l’on est ici en présence d’une de ses authentiques dépositaires : usage imparable de la messa di vocce, legato souverain, coloratures perlées…: tout y est, sans jamais esquiver la difficulté, et Dieu sait si dans les pages de ce Verdi, elle abonde. On pourrait presque croire que la difficulté technique a constitué le critère de sélection des extraits de ce récital. Il peut s’agir de virtuosité pure (La Traviata, Macbeth, I Vespri Siciliani, cabalettes du Trouvère ou d’Aroldo), ou de capacité à tenir la ligne de chant à travers la maîtrise du souffle (I Due Foscari, Don Carlo). L’air du Trouvère (« D’amor sull’ali rosee»), ou la fin de l’air de Don Carlo, chantés dans une apesanteur vocale presque lunaire, sont à cet égard des moments de pure grâce.

Cette maîtrise technique n’apparaît jamais gratuite : on la sent au contraire en permanence mise au service d’une expressivité dramatique assumée. Cela se vérifie en particulier dans les pages les plus tardives du Trouvère et de La Traviata, mais également dans le Libera me du Requiem, à la filation opératique ici évidente.

Dans la virtuosité comme dans l’élégie, dans l’expression de la douleur comme de la hargne vengeresse, Elena Mosuc offre ici une leçon d’authentique chant verdien, bien loin des prestations aseptisées et sans surprise trop souvent proposées. Pour ne rien gâcher, l’artiste est ici fort bien entourée par les forces de l’orchestre philharmonique de Zagreb, dirigé par un Ivo Lipanović très attentif aux nuances et aux climats. Le ténor Paulo Ferreira lui prête une réplique convaincante dans les extraits du Trouvère et de La Traviata. Le chœur Ivan Goran Kovacic n’est en revanche pas exempt de problèmes de justesse (pupitres de basses), perceptibles en particulier dans le Miserere du Trouvère.

Ces choix artistiques, éminement respectables, conduisent Elena Moșuc, toujours sur le fil, jusqu’aux limites de son art et de ce que son instrument peut offrir, au risque d’en exposer, par moments, les limites. On relèvera ainsi l’existence d’un vibrato parfois un tantinet envahissant, ou, ça et là, des signes de tension sur l’aigu. Mais ces remarques pèsent bien peu au regard de la sincèrité de l’engagement et de l’abattage époustouflant de la chanteuse. On accepte avec enthousiasme un tel revers, si c’est celui d’une aussi belle médaille!

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
verdi_heroines

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Giuseppe Verdi (1813-1901)

Don Carlo

« Non pianger, mia compagna »

I Due Foscari

« No, mi lasciate… »

« Tu al cui sguardo onnipossente »

« La clemenza! O patria, tremate »

Il Trovatore

« Timor di me? »

« D’amor sull’ali rosee »

« Miserere d’un alma gia vicina »

« Tu vedrai che amore in terra »

I Vespri siciliani

« Mercè, dilette amiche »

Aroldo

« Oh cielo! Dovè son io! »

« Ah, dagli scanni eteri »

« Ah dal sen di quella tomba »

Attila

« Santo di patria »

« Fammi ridar la spada/ Da te questo or m’è concesso »

Macbeth

« Trionfai »

La Traviata

« È strano »

« Ah fors’è lui »

« Follie! Follie »

« Sempre libera »

« Teneste la promessa »

« Addio del passato »

Requiem

« Libera me, Domine »

« Requiem aeternam »

« Libera me, Domine, de morte aeterna »

Soprano

Elena Moșuc

Ténor

Paulo Ferreira

Academic Choir Ivan Goran Kovacic

Chef des choeurs

Luka Vuksic

Orchestre Philharmonique de Zagreb

Direction musicale

Ivo Lipanović

Enregistré à Zagreb (Vatroslav Lisinski concert hall), en juin et septembre 2015

1 CD Solo Musica SM 279, 77′

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

« Par Toutatis », tout sur Atys !
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :