Forum Opéra

MASCAGNI, Cavalleria rusticana — Baden-Baden

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
15 novembre 2022
À toutes vapeurs

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Opéra en un acte de Pietro Mascagni (1863-1945) sur un livret de Giovanni Targioni-Tozetti et Guido Menasci d’après la nouvelle de Giovanni Verga.
Créé le 17 mai 1890 au Teatro Costanzi de Rome

Détails

Santuzza

Carolina López Moreno

Turridu

Giorgio Berrugi

Lucia

Elisabetta Fiorillo

Alfio

Domen Križaj

Lola

Eva Zaicik

Balthasar-Neumann-Chor

Balthasar-Neumann-Orchester

Direction musicale

Thomas Hengelbrock

Baden-Baden, Festspielhaus

Vendredi 11 novembre 2022, 20h

On entre dans la Cavalleria Rusticana proposée par le Festspielhaus de Baden-Baden comme si on s’était trompé de jour ou si l’on arrivait au mauvais moment, en retard parce qu’on n’aurait pas bien lu les horaires qui auraient changé depuis les fois précédentes… De fait, c’est en plein milieu de la Messa di Gloria de Puccini que débute la soirée, avec le « Credo » composé dès 1878 pour une messe chantée pour la première fois en 1880. Et pourtant, le programme du jour se tient parfaitement et s’inscrit dans un Festival d’automne qui a pour titre « La Grande Gare », en français dans le texte. Pour mieux comprendre, il faut se rappeler que le Festspielhaus est construit à l’emplacement de l’ancienne gare de Baden-Baden. Le hall d’entrée occupe le bâtiment d’origine et la salle de spectacle immense y est adossée (voir le dossier Opéras du monde pour en savoir plus sur le théâtre). La thématique de la manifestation, qui commence ce vendredi 11 pour se poursuivre jusqu’au dimanche 20 novembre, est ainsi liée à ces voyages que permettaient des trains tels l’Orient-Express, qui passait d’ailleurs par la ville badoise à la fin du xixe siècle, avec à la clef la découverte du patrimoine musical européen.

Le « Credo » de Puccini séduit d’emblée par la richesse orchestrale du Balthasar-Neumann-Orchester où chaque pupitre se distingue nettement avec des couleurs chaudes et chamarrées, à l’image du beau spectacle qu’offre l’automne badois aux abords du Festspielhaus. C’est l’occasion de découvrir une première fois, avant de retrouver son Turridu, le ténor Giorgio Berrugi dans une prestation empreinte de noblesse, avec un timbre lumineux et une belle projection.

Après cette mise en bouche commence une version inédite de la Cavalleria Rusticana de Mascagni. En effet, le chef Thomas Hengelbrock a tenté de retrouver l’œuvre telle qu’elle avait été voulue par le compositeur avant les changements exigés notamment par les chanteurs, au cours de la Première de 1890. Aussi bien l’interprète de Santuzza, Gemma Bellincioni, que le ténor Roberto Stagno avaient demandé une transposition vers le bas et il avait fallu raccourcir les interventions du chœur. C’est cette mouture qui est depuis présentée partout dans le monde avec le succès que l’on connaît. Mais ce soir, c’est la partition pour soprano avec une scène de la messe de Pâques dans une tonalité qui permet de tutoyer les anges et des parties virtuoses pour les chœurs qui s’offre à nous. Dans sa note d’intention, Thomas Hengelbrock précise qu’il s’agit encore d’une version provisoire avant la publication, l’an prochain chez Bärenreiter Verlag, par le musicologue Andreas Giger, d’une version qu’on attend avec impatience, tant l’expérience vécue ce soir a été fascinante : toute la beauté de l’opéra est apparue intacte, mais sublimée par des envolées de toutes parts, proprement enchanteresses.

Lorsque résonnent les premiers accords de l’ouverture, la scène est dans une quasi-pénombre, seuls les pupitres des interprètes concernés étant éclairés, les choristes se découpant dans l’obscurité. Les économies d’énergie se répercutent jusqu’ici, se dit-on, résigné et regrettant par anticipation d’avoir laissé sa petite laine au vestiaire… Mais il ne fera jamais froid dans ce drame de la jalousie en terre sicilienne, ni sur scène, ni dans la salle où la température est idéale mais les spectateurs en potentielle surchauffe. On comprend rapidement que les effets de clair-obscur ne sont pas liés à une quelconque disette mais bien à des stratagèmes millimétrés pour ce qui ressemble fort à une mise en scène, quand bien même il s’agisse ce soir d’une version de concert. Les interprètes sont tous particulièrement impliqués dans l’action. Plutôt que de rester en place derrière leur partition, ils vont et viennent en habitant la scène et, soutenus qu’ils sont par un orchestre aux accents et aux sonorités plus siciliennes que nature, nous permettent un voyage mental plus que convaincant dans l’univers de cette « chevauchée rustique » en pleine campagne inondée de soleil. Certes, nous ne sommes pas dans les reconstitutions foisonnantes d’un Franco Zeffirelli pour son film opéra, dans une somptueuse procession pascale située dans le village de Vizzini, où Giovanni Verga situait l’action de sa fascinante nouvelle. Mais, sous la houlette de Thomas Hengelbrock, musiciens, choristes et solistes parviennent à nous faire donner la chair de poule et vivre pleinement le drame.


© Andreas Kremper

Carolina López Moreno réinvente littéralement Santuzza, dans une tonalité qui transfigure le rôle de l’amoureuse trahie et vengeresse. Dans le registre aigu, la soprano déploie des trésors de virtuosité, merveilleusement secondée par des chœurs solides notamment dans un « Innegiamo, il Signor non è morto » dont les chanceux présents se souviendront longtemps. Par ailleurs, la chanteuse parvient à nous émouvoir de bout en bout, nous faire vibrer avec elle dans ses plaintes à la mère de l’amant traître mais aussi trembler devant ses virulentes imprécations à l’égard de celui qui l’a humiliée. Son hurlement désespéré à l’annonce de la mort de l’aimé dont elle a précipité la fin restera dans les annales. De quoi avoir ses vapeurs, comme on disait au XIXe siècle. Remarquable lui aussi, notamment pour son jeu habité, Giorgio Berrugi parvient à laisser percevoir les différentes nuances de Turridu, à la fois lyrique et élégiaque dans sa célébration du vin, de l’amour et du printemps, méprisant et cassant avec Santuzza (formidable duel amoureux du couple), puis paniqué avant le duel fatal. Son « Mamma » provoque les rires du public, tant on dirait un petit garçon qui, ne sachant plus que faire, va se réfugier dans les jupes de sa mère ; un instant plus tard, on découvre cependant toute la noblesse (vocale et scénique) d’un homme qui affronte son destin avec courage et où plus personne n’a envie de rire. Le baryton Domen Križaj campe en Alfio un rival intense et menaçant à souhait. La voix est bien caractérisée, séduisante et sensuelle. Tout en légèreté et minauderie, Eva Zaicik tire son épingle du jeu dans un rôle pourtant peu étoffé. Un peu plus en retrait vocalement mais intensément émouvante, Elisabetta Fiorillo incarne une Lucia à la voix lasse et fatiguée, peu assurée et gênée par un vibrato vacillant, quoique de plus en plus vaillante. Sans doute était-elle déjà indisposée, car le lendemain, on apprenait que, souffrante, elle serait remplacée au pied levé par Cheryl Studer pour la deuxième et dernière représentation donnée le 13 novembre.

Cavalleria rusticana est rarement présenté seul. Mais ici, après l’intensité de ce qu’on vient de vivre, nul n’est besoin d’ajouter quoi que ce soit. On ne peut que soupçonner Thomas Hengelbrock, qui fait également de la mise en scène à ses heures, d’avoir réussi à diriger, l’air de rien, l’ensemble des interprètes de cette sombre tragédie avec efficacité et unisson. Une bien belle soirée, quoique contrairement aux habitudes d’avant la crise sanitaire, les dames ne reçoivent plus la traditionnelle rose offerte à la sortie. On attend néanmoins l’enregistrement à venir avec grande impatience, vraiment…

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en un acte de Pietro Mascagni (1863-1945) sur un livret de Giovanni Targioni-Tozetti et Guido Menasci d’après la nouvelle de Giovanni Verga.
Créé le 17 mai 1890 au Teatro Costanzi de Rome

Détails

Santuzza

Carolina López Moreno

Turridu

Giorgio Berrugi

Lucia

Elisabetta Fiorillo

Alfio

Domen Križaj

Lola

Eva Zaicik

Balthasar-Neumann-Chor

Balthasar-Neumann-Orchester

Direction musicale

Thomas Hengelbrock

Baden-Baden, Festspielhaus

Vendredi 11 novembre 2022, 20h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Naples vs Salzbourg : le match
Anna NETREBKO, Romain GILBERT, Eve-Maud HUBEAUX
Spectacle