Forum Opéra

VERDI, Don Carlo — New York

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
25 avril 2015
L’auberge espagnole

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Opéra en cinq actes
Livret français de Joseph Méry et Camille du Locle d’après le drame de Friedrich Schiller, traduit par Achille de Lauzières et Angelo Zanardini
Créé à l’Académie impériale de musique le 11 mars 1867

Détails

Mise en scène
Nicholas Hytner

Direction scénique
J. Knighten Smit

Costumes et décors
Bob Crowley

Lumières
Mark Henderson

Don Carlo
Yonghoon Lee

Elisabeth de Valois
Barbara Frittoli

Princesse Eboli
Nadia Krasteva

Rodrigue, marquis de Posa
Dmitri Hvorostovsky

Philippe II
Ferruccio Furlanetto

Le Grand Inquisiteur
James Morris

Un Frère
Robert Pomakov

Une voix du ciel
Heidi Stober

Chœur du Metropolitan Opera
Direction
Donald Palumbo

Orchestre du Metropolitan Opera
Direction
Yannick Nézet-Séguin

Metropolitan Opera, New York, samedi 25 avril 2015, 19h

Un chef canadien, une soprano italienne, un ténor sud-coréen, un baryton russe, quelques Américains… Metropolitan Opera oblige, les espoirs montants et valeurs sûres de la planète lyrique se retrouvent fréquemment à New York. Le résultat est parfois contrasté, comme pour ce Don Carlo.

A maison internationale, production internationale. Arrivée de Londres où elle voyait le Don Carlo de Jonas Kaufmann et l’Elisabeth de Liana Haroutounian propulsée sur le devant de la scène par l’annulation d’Anja Harteros, la production de Nicholas Hytner s’établit à New York. D’un classicisme modernisé sous des dehors design, elle règle les entrées et sorties de manière lisible et définit des ambiances claires. Elle compte autant de réussites (le cloître de Saint-Just) que de ratés (l’autodafé devant la basilique d’Atocha) et se contente d’une définition sommaire et sans surprise des personnages.

En fosse aussi la soirée se divise entre un orchestre au son toujours aussi rond, plein, précis dans ses attaques et son chef du soir, Yannick Nézet-Séguin. Le Québécois est particulièrement attentif à la balance scène/salle, ce qui ne l’empêche pas d’alourdir les climax les plus martiaux de l’œuvre. La faute à un manque de dynamisme et à une direction qui oublie à intervalles réguliers d’aller chercher détails et fourmillements (à la petite harmonie notamment) dans la partition de Verdi. Inégaux aussi sont les chœurs où les basses mènent la barque cependant que les sopranos sont bien moins audibles. C’est, pour ainsi dire, criant dans la scène de l’autodafé. Une scène où se distinguent les Flamands, pour beaucoup issus du Lindemann Young Artist Development Progam.

Sur scène, chaque continent ou presque a envoyé sa délégation. L’Amérique dispose de valeurs sûres : James Morris, Hans Sachs étonnant de fraicheur en décembre dernier, est ce soir le Grand Inquisiteur, auquel il prête et son vibrato et ce timbre devenu piquant malgré la basse tessiture. L’Italie a fait convoi : Ferruccio Furlanetto (Philippe II) sonnerait presque comme au premier soir tant la ligne verdienne est châtiée, le souffle remarquable.  Il compense un timbre moins chatoyant désormais par l’intelligence dramatique. Servi par un solo de violoncelle à faire fondre les gratte-ciels new-yorkais, il entonne « ella giammai m’amò » comme un long sanglot, très intérieur. Barbara Frittoli ferait presque pâle figure en comparaison : l’aigu se refuse parfois, le vibrato lui prend le pas et la projection est plus que limitée pour cet auditorium de 3800 places. La Russie n’est pas en reste. Dmitri Hvorostovksy, enchaine, après sa série de Renato, sur ce rôle qui met moins à mal son souffle. Nuances, style et charisme scénique continuent d’en faire un des Posa du moment. La Bulgare Nadia Krasteva prête son mezzo à la fatale Eboli. A Munich et à Paris sa Preziosilla faisait étalage de registres disjoints, New York l’entend avec une technique plus saine malgré quelques graves poitrinés dans le premier air. « O don fatale » met en revanche son ambitus à rude épreuve. En Don Carlo, le jeune Yonghoon Lee enfin est ambivalent. Il a pour lui un volume évident, une longueur de souffle et un beau timbre, qu’hélas il perd, lorsqu’il cherche une nuance piano. La prononciation est problématique, l’émission émaillée de portando disgracieux. Mais il est vaillant vocalement et ne connaît de défaillance à aucun moment de la soirée. Une vaillance qui conduit son jeu bien trop souvent au stéréotype : bras ouverts et poitrine gonflée.

Au final on est entré au Metropolitan comme on serait entré dans une auberge espagnole : on y trouvé un peu de tout, avec des qualités diverses, pour un résultat qui, sans atteindre à la gastronomie des palaces, n’en laisse pas moins apprécier le séjour.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en cinq actes
Livret français de Joseph Méry et Camille du Locle d’après le drame de Friedrich Schiller, traduit par Achille de Lauzières et Angelo Zanardini
Créé à l’Académie impériale de musique le 11 mars 1867

Détails

Mise en scène
Nicholas Hytner

Direction scénique
J. Knighten Smit

Costumes et décors
Bob Crowley

Lumières
Mark Henderson

Don Carlo
Yonghoon Lee

Elisabeth de Valois
Barbara Frittoli

Princesse Eboli
Nadia Krasteva

Rodrigue, marquis de Posa
Dmitri Hvorostovsky

Philippe II
Ferruccio Furlanetto

Le Grand Inquisiteur
James Morris

Un Frère
Robert Pomakov

Une voix du ciel
Heidi Stober

Chœur du Metropolitan Opera
Direction
Donald Palumbo

Orchestre du Metropolitan Opera
Direction
Yannick Nézet-Séguin

Metropolitan Opera, New York, samedi 25 avril 2015, 19h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Les déserts de l’amour et de l’ennui
Ambroisine BRÉ, Cyrille DUBOIS, Edwin CROSSLEY-MERCER
Spectacle