Forum Opéra

Récital — Paris (Opéra Comique)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
10 avril 2012
Tragédienne à la scène aussi

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Véronique Gens

Soprano

Etienne-Nicolas Méhul (1763-1817)

Ariodant (1799 )- Mélodrame et Air d’Ina : « Eh ! Qu’ai-je à craindre ? » « Mais que dis-je ? »

Stratonice (1792) – Ouverture

Christoph Willibald Gluck (1714-1787)

Iphigénie en Tauride (1779) – Récit et Air d’Iphigénie : « Non, cet affreux devoir » et « Je t’implore et je tremble »

Antonio Salieri (1750-1825)

Les Danaïdes (1784) – Ouverture

François-Joseph Gossec (1734-1829)

Thésée (1782) Récit et Air de Médée : « Ah faut-il me venger » et « Ma rivale triomphe »

Rodolphe Kreutzer (1766-1831)

Astyanax (1801) – Récit et Air d’Andromaque : « Ah, ces perfides » et « Dieux à qui recourir »

Entracte

Giacomo Meyerbeer (1791-1864)

Le Prophète (1849) Air de Fidès : « Ah ! mon fils »

Hector Berlioz (1803-1869)

Les Troyens (1858)

Entrée des Constructeurs

Entrée des Matelots

Entrée des Laboureurs

Monologue et Air de Didon : « Ah ! Je vais mourir » et « Adieu, fière cité »

Luigi Cherubini (1760-1842)

Médée (1797) – Ouverture

Giuseppe Verdi (1813-1901)

Don Carlos (1867) – Air d’Elisabeth : « Toi qui sus le néant des grandeurs »

Bis

Camille Saint-Saëns (1835-1921)

Henri VIII (1883) – Air de Catherine d’Aragon : « Ô cruel souvenir »

Juan Crisóstomo de Arriaga (1806-1826)

Herminie (1825) – Recit & Air d’Herminie : « Mais sur cette arène guerrière….Il n’est plus….Dieux cruels! »

Paris, Opéra-Comique, mardi 10 avril 2012, 20h

 

 

Il y a parfois entre le disque et la scène autant de distance qu’entre le rêve et la réalité. Ainsi, on sait le formidable succès de la série Tragédiennes par le tandem Gens/Rousset. La démarche est au CD ce que Les aventuriers de l’arche perdue sont au cinéma : un succès à épisode. Notre confrère Laurent Bury écrivait ici même à l’occasion de la sortie du dernier volume de la collection, le troisième : « ce genre de témérité n’est-il pas ce qui tire le monde lyrique d’une routine où il risquerait autrement de s’enliser ? » (voir recension). De là à ce que ces pages brillamment enregistrées conservent leur impact en concert. A vérifier.

 

Dans le cadre idéal de la Salle Favart, Véronique Gens choisit d’attaquer la soirée avec l’air d’Ina extrait d’Ariodant d’Etienne-Nicolas Méhul, qui ouvrait déjà son dernier récital au disque et qui permet une habile transition du parler au chanter. Le ton est donné, celui même qui présidait aux trois recueils de Tragédiennes : noble, distingué, d’une distinction paradoxale faite de réserve et d’assurance, élégant, racé avec un sens du mot et de la phrase qui dans ce répertoire s’avère indispensable. La diction évidemment ; le texte épouse avec un naturel enthousiasmant le discours orchestral. Serments héroïques où l’on parle de grecs, de dieux, de fureur et de vengeance. Tragédienne mais aussi patricienne. Il y a dans l’allure de Véronique Gens une prestance que l’on retrouve dans l’interprétation. La voix, sans être d’une longueur et d’une souplesse hors du commun, possède l’égalité et le galbe que réclament ces partitions drapées dans leur grandeur. On aime d’ailleurs dans la première partie le contraste formé par ce chant au port altier et la direction torrentueuse de Christophe Rousset. Le marbre ondule, le gypse s’anime. Gluck, pris à toute berzingue, pourra sembler un sacrilège. Qu’importe. L’imprécation d’Iphigénie est un tsunami qui balaye toutes réserves sur son passage.

En délaissant les temples classiques pour les palais romantiques, la deuxième partie réserve de plus grandes joies encore et accuse dans le même temps les limites de la démarche. Les Talens Lyriques, qui baignaient jusqu’alors dans leur élément, butent sur un répertoire qui n’est plus vraiment le leur. Les cuivres se désagrègent, les bois se corrodent. On a dans Berlioz et Verdi l’habitude d’une pâte sonore plus riche et soyeuse. Au contraire de l’orchestre et à l’image de la robe qu’alors elle ose – décolletée et fendue des pieds jusqu’en haut de la taille –, la voix de Véronique Gens semble se libérer davantage. L’air de Fides relève de l’anecdote. Les couleurs d’un soprano, fût-il falcon, ne sont pas celles que l’on attend dans un rôle écrit à l’intention de Pauline Viardot. « Adieu, fière cité » s’affirme d’une autre trempe. Majesté et force de l’expression. Toujours cet art de dire qui apparaît encore plus patent dans cette page sublime où la reine de Carthage passe violemment de la rage au désespoir. Tragédienne et souveraine, ainsi que l’expose une Elisabeth de Valois au medium solide et au grave assuré. Si l’aigu pris à froid s’arc-boutait tout à l’heure sur l’air de Médée dans Thésée de Gossec, il est ici éclatant. Les deux bis choisis témoignent de la générosité de l’interprète : d’abord la longue scène de Catherine d’Aragon dans Henri VIII (plus de 10 minutes), toute de nostalgie et de douleur assumées, puis la cantate Herminie composée à moins de 20 ans par Juan Crisóstomo de Arriaga où l’on retrouve la fièvre ensorcelante du chant. Tragédienne, oui. Magicienne aussi.

 

La vidéo du même concert enregistré à Venise est disponible sur Arte Live Web.

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Véronique Gens

Soprano

Etienne-Nicolas Méhul (1763-1817)

Ariodant (1799 )- Mélodrame et Air d’Ina : « Eh ! Qu’ai-je à craindre ? » « Mais que dis-je ? »

Stratonice (1792) – Ouverture

Christoph Willibald Gluck (1714-1787)

Iphigénie en Tauride (1779) – Récit et Air d’Iphigénie : « Non, cet affreux devoir » et « Je t’implore et je tremble »

Antonio Salieri (1750-1825)

Les Danaïdes (1784) – Ouverture

François-Joseph Gossec (1734-1829)

Thésée (1782) Récit et Air de Médée : « Ah faut-il me venger » et « Ma rivale triomphe »

Rodolphe Kreutzer (1766-1831)

Astyanax (1801) – Récit et Air d’Andromaque : « Ah, ces perfides » et « Dieux à qui recourir »

Entracte

Giacomo Meyerbeer (1791-1864)

Le Prophète (1849) Air de Fidès : « Ah ! mon fils »

Hector Berlioz (1803-1869)

Les Troyens (1858)

Entrée des Constructeurs

Entrée des Matelots

Entrée des Laboureurs

Monologue et Air de Didon : « Ah ! Je vais mourir » et « Adieu, fière cité »

Luigi Cherubini (1760-1842)

Médée (1797) – Ouverture

Giuseppe Verdi (1813-1901)

Don Carlos (1867) – Air d’Elisabeth : « Toi qui sus le néant des grandeurs »

Bis

Camille Saint-Saëns (1835-1921)

Henri VIII (1883) – Air de Catherine d’Aragon : « Ô cruel souvenir »

Juan Crisóstomo de Arriaga (1806-1826)

Herminie (1825) – Recit & Air d’Herminie : « Mais sur cette arène guerrière….Il n’est plus….Dieux cruels! »

Paris, Opéra-Comique, mardi 10 avril 2012, 20h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Qu’est-il arrivé à Baby Maria ?
Matthew WILD, Karsten JANUSCHKE, Nombulelo YENDE
Spectacle