Forum Opéra

ROSSINI, Il vero omaggio – Bad Wildbad

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
14 août 2023
La fedeltà premiata

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Cantate de Giulio Genoino et Gaetano Rossi (Vérone 1822)
Musique de Gioachino Rossini
Edition critique de la Fondation Rossini / Editions Ricordi (2003) établie par Patricia B. Brauner

Détails

Il genio d’Austria

Giorgio Misseri

Alceo

Teresa Iervolino

Elpino

Roberto Lorenzi

Fileno

Michele Angelini

Argene

Sofia Mchedlishvili

 

Philharmonie Szymanowski de Cracovie

Directeur : Alexander Humala

Direction musicale

Antonino Fogliani

Bad Wildbad, Tour de guet du Sommerberg, jeudi 20 juillet 2023 à 19h30

En décembre 1822, à l’occasion du Congrès de Vérone, qui réunissait les monarchies de la Sainte Alliance, le prince de Metternich aurait voulu réentendre la Zelmira qui l’avait enchanté quelques mois plus tôt à Vienne, où Barbaja avait transporté la troupe du San Carlo. Mais la Colbran était malade et quand on fut certain qu’elle ne pourrait pas chanter l’opéra le diplomate et le compositeur optèrent pour des cantates. L’une d’elles, Il vero omagggio, serait dédiée au souverain autrichien. Or le temps manquait, et de surcroît Rossini était tarabusté par La Fenice où on l’attendait pour préparer Semiramide. Dès lors la stratégie du réemploi s’imposait. Dans les cartons du compositeur, une cantate composée pour la duchesse de Lucca, mais créée à Naples en 1821, La riconoscenza, elle-même nourrie d’auto-emprunts à Zelmira, Bianca e Falliero et Ricciardo e Zoraide. Au prix d’adaptation à la tessiture des chanteurs dont il disposait à Vérone, d’ajouts destinés à rendre le final plus ample et plus spectaculaire, Rossini mènera à bien la gageure.

Sur les rives de l’Adige, des pâtres, des fermiers, des bergères chantent les louanges de leur maître et de ses augustes alliés. Oseront-ils se présenter à eux en sujets dévoués et soumis ? L’un d’eux, Alceo, affirme qu’il n’y a rien à redouter d’un souverain qui règne par la piété, la pitié et la clémence. N’a-t-il pas fait dévier le cours d’un torrent dévastateur ? Un autre, Fileno, vante la paix et la liberté dont ils jouissent. Un chœur sort de la forêt pour glorifier ce maître et ses alliés. Apparaît Elpino, un vieillard muni de sa harpe, qui considère un devoir d’exalter publiquement les vertus de ce prince. Avec Alceo, Fileno et la bergère Argene, Elpino guide la procession au pied du trône et tous chantent leur gratitude et leur amour. Le souverain répond qu’il trouve là le juste prix de ses victoires. Il a entendu ses sujets, assurer leur bonheur sera sa tâche, comme celle de ses augustes alliés, et demande – à l’impératif – au peuple de leur abandonner son sort dans un grand quintette avec chœur.

L’ayant fait l’an dernier, nous ne décrirons pas le lieu choisi pour le concert, cet observatoire dont les derniers paliers permettent de dominer la forêt environnante. Si cette année aucune allée et venue n’a perturbé notre attention, il reste que le plein air ne nous semble toujours pas l’idéal pour ces exécutions, surtout quand la fraîcheur du soir contraint à frissonner faute de pouvoir s’emmitoufler et qu’on se met à craindre pour les artistes. Mais il faut vraisemblablement nous résigner : la création d’un prix Rossini in cima, décerné l’an dernier au musicologue Paolo Fabbri, annonce que cette pratique se maintiendra. Cette année le récipiendaire n’était autre que le directeur musical du festival, Antonino Fogliani, dont la fidélité à Bad Wildbad où il dirige depuis vingt ans était surlignée par le choix de l’œuvre programmée. C’est donc dans une joyeuse émotion qu’après le concert, prolongé par l’exécution du pas de six de Guillaume Tell que José Miguel Pérez Sierra, devenu lui aussi un pilier du festival, a dirigé en l’honneur de son ami Antonino Fogliani, le maire de Bad Wildbad a remis à celui-ci le prix et les cadeaux afférents.

Dans ces conditions qui mettent à l’épreuve musiciens et chanteurs, ainsi que l’auditeur-spectateur il est difficile d’apprécier au plus juste leurs prestations. Disons que ni les musiciens de l’ensemble Szymanowski ni les choristes n’ont démérité, loin de là. Pour les solistes, même si toutes les parties sont exigeantes, certaine l’est davantage. Or la règle pour bien chanter Rossini est de pouvoir donner l’illusion d’une émission naturelle, où la voix coule de source. Pour le soliste le plus exposé par une écriture très exigeante inspirée peut-être par celle d’Idreno ce ne fut malheureusement pas le cas quand il entreprit d’escalader les sommets. Quant aux autres, ils ont tiré leur épingle du jeu, la basse Roberto Lorenzi remarquable en barde porte-parole, le ténor Michele Angelini dans les énergiques fioritures d’ Elpino, la mezzosoprano Teresa Iervolino dans le rôle interprété à Vérone par le castrat Velluti et la soprano Sofia Mchedlischvili en bergère fidèle tant à Alceo qu’au souverain, sans toutefois nous faire éprouver les exaltations que l’auditoire de Vérone avait d’autant plus savourées qu’une mise en espace fastueuse avait accompagné l’exécution musicale.

Mais le public nombreux réparti sur plusieurs anneaux autour du puits central n’a pas fait la fine bouche et a fait un véritable succès, long et chaleureux, à tous les protagonistes, et en particulier à Antonino Fogliani et à sa direction ciselée qui parvient à imposer son sceau, en nous faisant vibrer presque malgré nous à cette œuvre de circonstance désormais aux antipodes de notre sensibilité.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Cantate de Giulio Genoino et Gaetano Rossi (Vérone 1822)
Musique de Gioachino Rossini
Edition critique de la Fondation Rossini / Editions Ricordi (2003) établie par Patricia B. Brauner

Détails

Il genio d’Austria

Giorgio Misseri

Alceo

Teresa Iervolino

Elpino

Roberto Lorenzi

Fileno

Michele Angelini

Argene

Sofia Mchedlishvili

 

Philharmonie Szymanowski de Cracovie

Directeur : Alexander Humala

Direction musicale

Antonino Fogliani

Bad Wildbad, Tour de guet du Sommerberg, jeudi 20 juillet 2023 à 19h30

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Le vieux lion rugit encore
Gregory KUNDE, Roberta MANTEGNA, Daniel OREN
Spectacle