Forum Opéra

Mort du baryton Alejandro Meerapfel pendant un concert

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Brève
23 septembre 2023

Infos sur l’œuvre

Détails

C’est avec stupeur qu’on a appris le décès le 22 septembre du baryton argentin Alejandro Meerapfel, des suites d’un infarctus pendant qu’il chantait à l’Abbaye d’Ambronay l’une des parties de l’oratorio de Draghi, Il Dono della Vita eterna, sous la direction de Leonardo García Alarcón.

Âgé de 54 ans, Alejandro Meerapfel, victime d’un malaise après sa deuxième intervention, plus d’une heure après le début du spectacle, s’est effondré subitement, nécessitant l’intervention immédiate des pompiers qui n’ont pu le ranimer, laissant le public et les équipes bouleversés, rapporte l’un de nos confrères de ResMusica, présent sur place.

Leonardo García Alarcón a rendu hommage à son compagnon de route de longue date, rappelant qu’il l’avait connu en Patagonie chantant la partie de basse de la « Misa Encarnacion » et convié à participer à son premier concert à La Plata, pour donner la cantate 131 de Bach, « Aus der Tiefe ».

Plus tard, ils se retrouvèrent notamment pour le Judas Maccabæus d’Haendel à Ambronay, puis pour le Nabucco de Falvetti, El Prometeo de Draghi, La Finta Pazza de Sacrati, ou l’Orfeo de Monteverdi, sans parler de nombreux concerts de musique sacrée.

Leonardo García Alarcón écrit : « Hier soir, il était en train de chanter le rôle de Dio Padre dans l’oratorio de Draghi, à Ambronay, notre maison. Il m’avait dit le jour même qu’il ne pourrait jamais assez remercier la vie d’être en train de chanter une musique aussi belle. Il m’a dit aussi hier à la fin de la répétition : ‘Leo, tu ne m’as rien corrigé…’ Je lui ai répondu : ‘Mais c’est parce que j’adore ce que tu fais, c’était magnifique.’ Et j’ai juste ajouté ‘Va chercher avec ton esprit les pierres de ce lieu’.
Alejandro était un ange sur la terre, un ange aimé de tous, pas seulement par une gentillesse sans limite, sinon par une forme de tendresse qui embrassait chaque personne qui croisait son chemin ».

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Infos sur l’œuvre

Détails

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

[themoneytizer id="121707-28"]