Forum Opéra

ROSSINI, Semiramide — Londres (ROH)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
19 novembre 2017
Dans l’air du temps

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Mélodrame tragique en deux actes (1823)

Livret de Gaetano Rossi d’après Sémiramis de Voltaire

Edition critique de la Fondation Rossini Pesaro et des Editions Ricordi de Milan

Détails

Mise en scène

David Alden

Décors

Paul Steinberg

Costumes

Buki Shiff

Vidéo

Robert Pflanz

Chorégraphie

Beate Vollack

Lumières

Michael Bauer

Dramaturgie

Daniel Menne

Semiramide

Joyce DiDonato

Assur

Michele Pertusi / Mirco Palazzi

Arsace

Daniela Barcellona

Idreno

Lawrence Brownlee

Azema

Jacquelyn Stucker

Oroe

Balint Szabo

Mitrane

Galeano Salas

L’ombra di Nino

Simon Shibambu

Choeur du Royal Opera House

Chef de choeur

William Spaulding

Orchestre du Royal Opera House

Direction musicale

Antonia Pappano

Londres, Royal Opera House, dimanche 19 novembre 2017, 15h

En février dernier, notre confrère Maurice Salles regrettait que la proposition scénique de David Alden ne viennent gâcher la fête de cette Semiramide née en contrées bavaroises et qui s’épanouit aujourd’hui sur les bords de la Tamise. Il démontrait, point par point ce que, cette mise au goût du jour dans un Orient réaliste lorgnant sur Téhéran, Bagdad ou le couple Al-Assad, avait d’incongrue eu égard aux intentions esthétiques des librettistes et du compositeur. Qu’il nous soit permis d’avoir un autre point de vue. Est-ce le but ultime de chaque représentation d’une œuvre de répertoire que de revenir très objectivement aux conditions et au contexte de sa création ? Sans s’en priver à l’occasion, les portes du théâtre ne sont pas encore celles d’un musée. Et notre époque, celle où nous parviennent ces chefs-d’œuvre du passé, délaisse souvent ces enjeux esthétiques qui n’ont plus de prise sur notre temps et interroge ce qui résonne hic et nunc (c’est à dire Munich et son goût iconoclaste, Munich et sa gare centrale aux premières loges de la crise des réfugiés syriens) au-delà des roucoulades et des notes stratosphériques. On rejoindra cela dit notre confrère sur sa dépréciation de certains éléments du spectacle comme ce suicide stupide d’Oroe, figure du pouvoir religieux, et on saluera comme lui le travail réalisé autour des personnages « passifs » que sont Azema et Idreno. Elle, femme objet, albatros dont les bras sont empêtrés dans des manches dix fois trop longues ; lui, conquérant coquet et seul victorieux du drame avant même son dénouement.

On s’inclinera également devant une réalisation musicale d’excellence. Au pupitre, Antonio Pappano place tout le monde en orbite dès l’ouverture : vive, modèle d’équilibre au bel arc narratif et servie par des cuivres irréprochables, bientôt rejoints par une petite harmonie mutine et des cordes précises. L’orchestre du Royal Opera House est dans un de ses meilleurs soirs. Son directeur musical maintient toute celle belle harmonie dans la fosse et au diapason du plateau tout du long des trois heures vingt que dure la représentation. Manquent toutefois à l’appel la cabalette du premier air d’Idreno et la reprise de celle du duo Assur-Arsace.

Dommage sans doute pour Lawrence Brownlee qui aurait su habilement trousser ces phrases virtuoses. Son Almaviva ou son Libenskof en témoignent au même titre que ces deux grandes interventions de la soirée où la solidité de l’aigu rivalise avec l’agilité. Daniela Barcellona, sans faire montre de telles facilités, assume avec aplomb le rôle d’Arsace dans sa démesure et son humanité. Oroe trouve en Balint Szabo la puissance et l’autorité nécessaires ; Azema en Jacquelyn Stucker le fruit et la pureté de la ligne qui confère innocence et fragilité au personnage. Les choeurs récoltent eux aussi les lauriers de leur remarquable préparation. Assur usera deux interprètes : Michele Pertusi dont le vibrato et le souffle court des premières scènes se rétablit lors du duo avec Arsace. Souffrant, l’italien renonce à l’entracte et cède la place à son compatriote Mirco Palazzi (sur scène lendemain dans Lucia). Non content de sauver la représentation, la basse montre que de ville en ville, son interprétation gagne en profondeur. Enfin, Joyce DiDonato en Semiramide triomphe dans un emploi que sa voix amphibie ne laissait pas présager. A grand renfort d’intelligence et de probité quant à ses moyens, l’américaine met son art interprétatif au service de son personnage. Si certains seront frustrés d’extrapolation dans l’aigu, il faudra bien reconnaître que les couleurs, la virtuosité et surtout l’incarnation valident une telle audace.  

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Mélodrame tragique en deux actes (1823)

Livret de Gaetano Rossi d’après Sémiramis de Voltaire

Edition critique de la Fondation Rossini Pesaro et des Editions Ricordi de Milan

Détails

Mise en scène

David Alden

Décors

Paul Steinberg

Costumes

Buki Shiff

Vidéo

Robert Pflanz

Chorégraphie

Beate Vollack

Lumières

Michael Bauer

Dramaturgie

Daniel Menne

Semiramide

Joyce DiDonato

Assur

Michele Pertusi / Mirco Palazzi

Arsace

Daniela Barcellona

Idreno

Lawrence Brownlee

Azema

Jacquelyn Stucker

Oroe

Balint Szabo

Mitrane

Galeano Salas

L’ombra di Nino

Simon Shibambu

Choeur du Royal Opera House

Chef de choeur

William Spaulding

Orchestre du Royal Opera House

Direction musicale

Antonia Pappano

Londres, Royal Opera House, dimanche 19 novembre 2017, 15h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Qu’est-il arrivé à Baby Maria ?
Matthew WILD, Karsten JANUSCHKE, Nombulelo YENDE
Spectacle